Accueil > Actualités du laboratoire

Actualités du laboratoire RSS des Actualités du laboratoire

Page(s) : < | 1 | ... | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | ... | 37 |

5 janvier 2015

Vers une compréhension fonctionnelle des effets de la température et de l’enrichissement sur les interactions entre espèces, sur l’omnivorie et sur la structure du réseau trophique

(Jean-Louis Hemptinne)

Révéler les liens entre les traits fonctionnels des espèces, la force des interactions et la structure du réseau trophique est d’une importance primordiale pour comprendre et prévoir les relations entre la diversité et la stabilité du réseau trophique dans un monde en évolution rapide. Cependant, les effets interactifs des perturbations environnementales sur chaque espèce, les interactions trophiques et le fonctionnement des écosystèmes sont mal connus. Dans cette étude, nous avons combiné modélisation et expériences en laboratoire pour étudier les effets du réchauffement et de l’enrichissement sur un système tri-trophique terrestre. Nous avons constaté que la structure du réseau trophique est extrêmement variable et commute entre compétition par exploitation et omnivorie selon les effets de la température et de l’enrichissement des comportements alimentaire et de prédation des espèces. Notre modèle contribue à identifier les mécanismes expliquant le rôle des effets environnementaux en cascade à travers la chaîne alimentaire et comment la topologie des réseaux trophiques est influencée. Nous concluons qu’il est essentiel de considérer les facteurs environnementaux et la structure flexible du réseau trophique afin d’améliorer notre capacité à prédire les effets des changements globaux sur la diversité et la stabilité des écosystèmes.

Lire la suite

11 décembre 2014

L’autopollinisation, une stratégie toujours gagnante face aux changements globaux ?

(Nathalie Escaravage & André Pornon)

Parmi les scénarios évolutifs de réponse des plantes au déclin des pollinisateurs et à la fragmentation des populations, il y a l’évolution vers l’autopollinisation spontanée agissant comme une « assurance reproductive » (AR). Cependant, le bénéfice de l’AR dépend fortement de l’intensité de la dépression de consanguinité (DC) diminuant la valeur sélective des individus issus d’autogamie. La relation entre AR et DC est peu connue chez les espèces longévives en raison de la difficulté d’évaluer l’effet de la DC sur la durée de vie des individus. Des chercheurs du laboratoire Evolution et Diversité Biologique - EDB (CNRS/Université Toulouse III Paul Sabatier/ENFA) ont montré chez la plante alpine Rhododendron ferrugineum que l’AR compense le manque de partenaires sexuels dans les petites populations isolées mais que la DC élimine la quasi-totalité des individus issus d’autopollinisation. Ces résultats intriguant, publiés dans la revue BMC Evolutionary Biology interrogent sur les capacités de telles espèces très dépendantes des pollinisateurs à répondre aux changements globaux, sur les coûts/bénéfices du système mixte de reproduction sexuée et sur le rôle de la DC dans les processus évolutifs des espèces longévives.

Lire la suite

10 décembre 2014

Evolution de bactéries pathogènes en laboratoire : une approche originale pour élucider les mécanismes de l’évolution adaptative

(Jean-Baptiste Ferdy & Christophe Thébaud)

L’évolution permettant aux bactéries pathogènes de s’adapter aux organismes qu’ils infectent (hôtes) est une préoccupation majeure en santé humaine, vétérinaire et agricole. Et pour cause, ce phénomène peut générer de nouvelles souches plus agressives ou capables d’infecter de nouveaux hôtes. Lors d’une étude publiée en novembre dans la revue Molecular Biology and Evolution, des chercheurs du Laboratoire des interactions plantes-microorganismes et du laboratoire Evolution et diversité biologique de Toulouse ont pu déchiffrer pour la première fois les bases génétiques de l’évolution adaptative d’une bactérie représentant une menace majeure pour les cultures maraichères : Ralstonia solanacearum. Pour ce faire, l’équipe a utilisé une approche originale : faire évoluer la bactérie en laboratoire puis séquencer les génomes complets des souches évoluées.

Lire la suite

2 décembre 2014

Plus de 45 années de cartographie végétale de la France rassemblées en une carte numérique unique

Soucieux de sauvegarder et de valoriser son patrimoine scientifique, le CNRS a entrepris de numériser et de rassembler les travaux de cartographie de la végétation française, de 1947 à 1992, en un seul document : une carte de végétation au 1/200 000 à l’échelle de la France métropolitaine. Cette production unique en France, oeuvre collective du CNRS, a été pilotée par le Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement (EcoLab – CNRS / Université Toulouse III – Paul Sabatier / Institut national polytechnique de Toulouse). A l’initiative des laboratoires Evolution et diversité biologique (EDB) et Ecolab, cette carte d’une hauteur de 8 mètres est aujourd’hui affichée sur la façade du bâtiment qui héberge les laboratoires EcoLab, Evolution et diversité biologique (EDB) et une partie du Centre d’études spatiales de la biosphère (CESBIO) sur le campus de Rangueil.

Lire la suite

1er décembre 2014

Offre de postdoctorat en écologie des communautés et des écosystèmes (Toulouse, France)

Intitulé : « L’analyses des isotopes stables pour mesurer les liens entre la structure des réseaux trophiques, le fonctionnement des écosystèmes et le bon état/potentiel écologique ». Porteurs : J. CUCHEROUSSET (CR CNRS, EDB) & A. LECERF (MCF UPS, ECOLAB).

Lire la suite

Page(s) : < | 1 | ... | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | ... | 37 |