Accueil > Actualités du laboratoire

Actualités du laboratoire RSS des Actualités du laboratoire

Page(s) : < | 1 | ... | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | ... | 24 |

8 avril 2016

Structuration des espèces : les apparences sont parfois trompeuses

Christophe Thébaud

L’histoire évolutive de populations appartenant à une même espèce peut s’avérer plus complexe qu’il n’y paraît. Des chercheurs du Laboratoire Évolution et Diversité Biologique (EDB, CNRS/ Université Toulouse III-Paul Sabatier /ENFA) de Toulouse et du Muséum de Sciences Naturelles de Madrid ont pu le démontrer chez le Zostérops gris de La Réunion (Zosterops borbonicus), un passereau endémique de cette île de l’Océan Indien. Leurs travaux publiés récemment dans Journal of Evolutionary Biology, comparent d’un point de vue morphologique et génétique des représentants de l’espèce vivant le long d’un gradient altitudinal sur la côte Ouest de l’île. En mettant en évidence un changement brutal de la composition génétique des individus vers 1400 mètres d’altitude, cette analyse suggère que nous sommes en présence non pas d’une seule et même entité évolutive mais de deux groupes de populations ayant chacun sa propre histoire évolutive.

Lire la suite

5 avril 2016

Des écrevisses invasives bouleversent l’horloge écologique des plans d’eau

Julien Cucherousset

Le réchauffement climatique modifie fortement les rythmes biologiques des organismes avec pour conséquences des fleuraisons de plantes et des migrations animales de plus en plus précoces par exemple. Ces modifications se répercutent aussi au niveau des interactions trophiques entre espèces. Les invasions biologiques représentent une autre facette des changements globaux induits par l’Homme dont les conséquences sont encore mal connues. Des chercheurs des laboratoires Evolution et Diversité Biologique (EDB, CNRS/Université Toulouse III - Paul Sabatier/ENFA) et Ecologie Fonctionnelle et Environnement (ECOLAB - CNRS/Université Toulouse III - Paul Sabatier/INPT) ont déterminé la façon dont les écrevisses invasives modifiaient le fonctionnement de plans d’eau. Cette étude, publiée le 2 mars 2016 dans la revue Ecology Letters, révèle que la présence d’écrevisses invasives bouleverse le rythme auquel les litières terrestres sont recyclées par les organismes aquatiques. Ainsi, le recyclage de la totalité des litières reçues par l’écosystème aquatique durant une année nécessite 40 jours de moins dans les plans d’eau fortement envahis par rapport aux plans d’eau peu ou pas envahis par les écrevisses, pouvant ainsi fortement affecter leur dynamique écologique.

Lire la suite

1er avril 2016

Médailles du CNRS 2016 : 7 lauréats en Midi-Pyrénées [La Dépêche du Midi]

Jérôme Chave

En 2016, le CNRS récompense quatre chercheurs et trois ingénieur(e)s de Midi-Pyrénées en leur décernant ses médailles d’argent, de bronze et de cristal. Écologie, génie électrique, chimie, sciences du vivant, systèmes informatiques, communication, voici les domaines dans lesquels travaillent les lauréats.

Lire la suite

25 mars 2016

Las superbacterias que viven en Chernóbil [El Pais]

Philipp Heeb

Un equipo científico halla unos microbios resistentes a la radioactividad, lo que puede tener implicaciones en la lucha contra el cáncer.

Lire la suite

17 mars 2016

L’Amazonie héberge une diversité de formes de poissons unique au monde

Sébastien Brosse

Les zones tropicales sont connues pour abriter un grand nombre d’espèces. Cependant, cette forte diversité s’accompagne-t-elle d’une forte diversité de formes ou plutôt d’une forte ressemblance entre les espèces ? Une équipe de chercheurs du laboratoire Evolution et diversité biologique (EDB – CNRS / Univ. Toulouse III Paul Sabatier / ENFA) et du Centre pour la biodiversité marine, l’exploitation et la conservation (MARBEC – CNRS/Univ. Montpellier/IRD/Ifremer) vient de montrer que l’Amérique du Sud abrite prés de 80% de la diversité morphologique mondiale des poissons d’eau douce, alors que ce continent ne représente que 15% des terres émergées. Ils démontrent également que cette forte diversité morphologique est essentiellement due à des espèces plutôt communes et peu en danger. Ces résultats publiés dans la revue Scientific Reports parue le 16 mars 2016 soulignent la nécessité de considérer toutes les facettes de la biodiversité pour mener des actions de conservation pertinentes.

Lire la suite

Page(s) : < | 1 | ... | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | ... | 24 |