Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Actualités en rapport avec nos thématiques

Actualités en rapport avec nos thématiques RSS des Actualités en rapport avec nos thématiques

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 83 |

16 janvier 2017

Pourquoi parlons-nous “bébé” aux chiens ?

Lorsque nous parlons amicalement à un chien, nous changeons d’intonation comme s’il s’agissait d’un bébé humain. Quelles sont les causes de ce changement ? Le visage attendrissant d’un chiot pourrait expliquer notre comportement, cependant une étude vient de montrer que nous continuons de parler “bébé” à des chiens adultes. De plus, alors que les chiots sont très réactifs au “parler bébé”, les chiens plus âgés n’y prêtent pas plus attention qu’au langage normal. Ces résultats, auxquels ont contribués des chercheurs de l’Institut des neurosciences Paris-Saclay (CNRS/Université Paris-Sud) basés à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne, sont publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B. Ils suggèrent que le “parler bébé” est utilisé pour interagir avec un être vivant ne maîtrisant pas la parole. Si nous parlons ainsi à notre chien, c’est parce que nous aimerions qu’un jour il nous réponde… en parlant !

Lire la suite

4 janvier 2017

Une plongée vertigineuse dans la diversité du monde vivant

L’ensemble des liens de parenté entre espèces forme ce que l’on appelle l’« arbre de la vie. » En raison du nombre considérable d’espèces connues – plusieurs millions –, la représentation de cet arbre constitue un véritable défi. Damien de Vienne, au Laboratoire de Biométrie évolutive de Lyon, propose un outil interactif et intuitif, Lifemap, qui permet de se « promener » dans l’arbre de la vie, et d’en visualiser les niveaux hiérarchiques et les relations entre espèces. Cette étude a été publiée le 22 décembre 2016 dans la revue PLoS Biology.

Lire la suite

14 décembre 2016

Complexité des écosystèmes : un gage de résilience face au changement

Le fonctionnement d’un écosystème s’articule autour de relations de natures diverses entre une myriade d’espèces. Identifier de manière exhaustive ces interactions et le rôle qu’elles jouent dans le fonctionnement d’un écosystème demeure toutefois peu évident. Dans une étude publiée récemment dans PLos Biology, une équipe internationale menée par deux chercheurs de l’Institut des Sciences de l’Evolution de Montpellier (ISEM, CNRS / IRD / EPHE) et du Laboratoire Biométrie et Biologie Evolutive de Villeurbanne (CNRS / Université de Lyon) a pu étudier l’ensemble des relations trophiques et non-trophiques entre les espèces présentes dans la zone de balancement des marées de la côte centrale du Chili. Ce travail inédit, basé sur la modélisation mathématique des réseaux, montre que ces interactions sont fortement structurées selon une organisation qui assure la résilience de la communauté. Il confirme ainsi l’importance de prendre en compte la diversité des relations interspécifiques d’un écosystème pour prévoir ses réactions face à des perturbations de grande ampleur comme le changement climatique.

Lire la suite

12 décembre 2016

La croissance des émissions de méthane s’accélère depuis 2007

Une équipe de recherche internationale menée par le Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE, CEA-CNRS-UVSQ)1 publie un bilan complet des sources et puits2 de méthane. Selon cette étude, les émissions anthropiques de méthane représentent actuellement environ 60% des émissions planétaires. Publiée conjointement dans Earth System Science Data et Environmental Research Letters, le 12 décembre 2016, cette étude montre également qu’aucun des scénarios du 5e rapport du GIEC3 ne reproduit l’évolution récente observée des concentrations de méthane. Ces résultats permettront de mieux évaluer la contribution du méthane à l’effet de serre et au changement climatique.

Lire la suite

3 décembre 2016

La complexité comportementale des premiers hommes modernes d’Afrique de l’Est révélée par la poudre d’ocre

Bien que l’utilisation de matières colorantes telles que l’ocre ait joué un rôle important dans l’évolution des cultures des premiers hommes modernes africains, l’interprétation de ces pratiques par les spécialistes de la Préhistoire reste controversée. Dans une étude publiée récemment dans PLOS ONE, des chercheurs de l’Unité De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie (PACEA, CNRS / Université de Bordeaux / Ministère de la culture et de la communication) ont pu analyser pour la première fois la plus importante collection de meules dédiées au travail de l’ocre durant la période de la Préhistoire africaine appelée Middle Stone Age (-200 000 à -30 000 ans avant le présent) découverte en Afrique de l’Est. Combinées à l’analyse des fragments d’ocre retrouvés sur ces outils, leurs investigations attestent d’un degré de complexité comportementale jusqu’ici inconnu dans cette partie de l’Afrique lors du Paléolithique.

Lire la suite

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 83 |