Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Actualités en rapport avec nos thématiques

Actualités en rapport avec nos thématiques RSS des Actualités en rapport avec nos thématiques

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 82 |

3 décembre 2016

La complexité comportementale des premiers hommes modernes d’Afrique de l’Est révélée par la poudre d’ocre

Bien que l’utilisation de matières colorantes telles que l’ocre ait joué un rôle important dans l’évolution des cultures des premiers hommes modernes africains, l’interprétation de ces pratiques par les spécialistes de la Préhistoire reste controversée. Dans une étude publiée récemment dans PLOS ONE, des chercheurs de l’Unité De la Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie (PACEA, CNRS / Université de Bordeaux / Ministère de la culture et de la communication) ont pu analyser pour la première fois la plus importante collection de meules dédiées au travail de l’ocre durant la période de la Préhistoire africaine appelée Middle Stone Age (-200 000 à -30 000 ans avant le présent) découverte en Afrique de l’Est. Combinées à l’analyse des fragments d’ocre retrouvés sur ces outils, leurs investigations attestent d’un degré de complexité comportementale jusqu’ici inconnu dans cette partie de l’Afrique lors du Paléolithique.

Lire la suite

3 décembre 2016

Porté par le courant, un petit serpent marin a pu coloniser l’océan tropical

Le serpent marin à ventre jaune (Hydrophis platurus) est un reptile pélagique présent dans tout l’océan Indopacifique tropical. Pour parvenir à peupler un si vaste territoire, l’espèce aurait mis à contribution la force des courants marins. C’est ce qu’a voulu vérifier une équipe franco-américaine dirigée par un chercheur du Centre d’Etudes Biologiques de Chizé (CEBC, CNRS / Université de La Rochelle) à l’aide de modèles de circulation des courants océaniques. L’étude, publiée en août dernier dans Biology Letters, montre que des populations de serpents marins peuvent ainsi se déplacer sur des milliers de kilomètres sans mettre en péril leur survie. Ce mode de dispersion s’avère en outre particulièrement efficace lorsque ces individus entament leur périple depuis le probable berceau d’H. platurus. En misant sur une stratégie risquée, l’espèce serait donc parvenue à conquérir une grande partie de l’océan tropical.

Lire la suite

3 décembre 2016

Coévolution bioculturelle entre l’homme et l’animal : quand le développement de l’agriculture influence le génome des chiens

À quel point le mode de vie humain a-t-il influencé le métabolisme des premiers animaux domestiqués ? L’étude, menée sur des spécimens anciens de chiens eurasiatiques et pilotée par des chercheurs de l’ENS de Lyon et du CNRS a permis pour la première fois de lever un coin du voile. Contrairement à leur ancêtre le loup, les chiens ont acquis la capacité à digérer l’amidon via la duplication du gène Amy2B, il y a au moins 7 000 ans. Cette aptitude, qui coïncide avec les prémices de l’agriculture, reflète une adaptation à un changement alimentaire. La culture humaine a ainsi fortement influencé l’évolution du génome des premiers chiens. Ces travaux, publiés le 9 novembre 2016 dans la revue Royal Society Open Science, constituent un exemple de coévolution et reflètent l’influence de la culture humaine sur le génome des premiers chiens.

Lire la suite

9 novembre 2016

Sur les traces néandertaliennes du papillomavirus humain

Parmi les papillomavirus humains, il en existe un particulièrement virulent, capable d’engendrer des cancers du col de l’utérus. Il s’agit du virus HPV16. Afin d’essayer de comprendre pourquoi cette souche virale est plus agressive que les autres, une équipe franco-espagnole a reconstitué son histoire phylogénétique avec une précision inégalée. D’après leur étude, publiée dans la revue Molecular Biology and Evolution, un variant du virus HPV16 aurait évolué chez l’Homme de Neandertal pendant environ 500 000 ans avant d’être transmis par relation sexuelle à l’Homme moderne sur le continent eurasiatique. Un détour inattendu qui pourrait aider à expliquer la virulence de HPV16 et la susceptibilité accrue de certaines personnes face au virus.

Lire la suite

2 novembre 2016

Préserver le garde-manger des requins leur offre une meilleure protection

Soumis à une pression anthropique croissante, le requin gris de récif (Carcharhinus amblyrhynchos) a vu ses effectifs diminuer drastiquement dans de nombreuses zones de l’océan Pacifique. Un atoll préservé de Polynésie française qui abrite encore plusieurs centaines de ces squales semble toutefois faire exception. Afin de comprendre l’origine de ce rassemblement de requins unique au monde ainsi que les raisons de sa persistance dans le temps, des chercheurs du Centre de Recherche Insulaire et Observatoire de l’Environnement (CRIOBE, EPHE/CNRS/UPVD), en collaboration avec la société Andromède Océanologie, étudient leurs mœurs depuis quelques années. Dans un article publié récemment dans Current Biology, l’équipe démontre qu’une agrégation ponctuelle de mérous dans le récif assure le maintien de cette importante population de requins gris en leur fournissant une abondante source de nourriture durant une partie de l’année. Ces travaux suggèrent qu’une conservation des agrégations de pontes de poissons, menée parallèlement à celles des requins de récifs, permettrait une protection plus efficace de ces derniers.

Lire la suite

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 82 |