Accueil > Communication > Actualités scientifiques > Actualités scientifiques des organismes de recherche

Actualités scientifiques des organismes de recherche RSS des Actualités scientifiques des organismes de recherche

Page(s) : < | 1 | ... | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... | 120 |

16 mars 2018

Vivre ensemble ou comment les plantes se rétablissent d’une maladie virale

Les maladies virales provoquent de graves dommages aux plantes cultivées entraînant des pertes de récolte. Cependant, dans certains cas, les plantes malades peuvent se rétablir et poursuivre un développement normal. Paradoxalement, les feuilles saines contiennent des virus toujours actifs. Le rétablissement de la plante infectée ne peut donc s’expliquer que par l’atteinte d’un état de tolérance dans lequel plante et virus peuvent coexister sans causer de maladie. En utilisant Arabidopsis thaliana comme modèle, des chercheurs du CNRS et de l’Université de Bâle ont identifié les gènes et les mécanismes impliqués dans ce phénomène de rétablissement. La compréhension de ce processus pourrait avoir des implications très importantes en agronomie. Cette étude est publiée le 01 mars 2018 dans la revue Nature Plants.

Lire la suite

16 mars 2018

De l’origine de la crise forestière en Afrique Centrale il y a 2 600 ans

L’origine de la "crise forestière" qui a commencé il y a environ 3 000 ans et profondément affecté le couvert végétal de l’Afrique Centrale a longtemps été controversée. Une équipe internationale(1) germano-franco-camerounaise regroupant paléoclimatologues, géochimistes et archéologues vient de remettre sur le devant de la scène l’hypothèse de la cause anthropique. Les résultats des analyses effectuées sur des sédiments lacustres en provenance du sud du Cameroun et leur combinaison à des données archéologiques régionales a en effet permis à cette équipe de mettre en évidence que, dans cette région, ces transformations de l’environnement forestier avaient commencé il y a 2 600 ans et n’étaient pas le fruit du changement climatique mais bien celui de la croissance démographique qu’a connue cette région à cette époque.

Lire la suite

16 mars 2018

La production haute-fidélité d’ARNdb : vers une utilisation en protection des cultures ?

Afin de se protéger des agents pathogènes qui menacent les plantes cultivées et la sécurité alimentaire, les agriculteurs utilisent des pesticides chimiques qui présentent des risques potentiels pour la santé et l’environnement. De nouvelles stratégies de protection des cultures consistent en l’application externe d’ARN double brin (ARNdb) pour déclencher l’interférence ARN (ARNi) et les mécanismes de défense des plantes. Pour mettre en œuvre cette technologie à grande échelle, des chercheurs du CNRS et de l’Université d’Helsinki en Finlande ont développé, dans les bactéries, un système de synthèse d’ARNdb très efficace et précis. Cette étude a été publiée le 26 Février 2018 dans la revue Plant Biotechnology Journal.

Lire la suite

16 mars 2018

[Alerte presse] Evolution humaine des comportements modernes plus anciens que prévu

Entre 295 000 et 320 000 ans avant le présent, les homininés qui ont fréquenté le bassin de Olorgesailie (Kenya)1 produisaient déjà des pointes en pierre, modifiées pour être utilisées comme pointes de sagaies, transportaient, sur de grandes distances (de 25 à 60 km), des roches volcaniques pouvant être taillées, chassaient de nombreuses espèces (y compris des petites proies), collectaient et travaillaient des roches riches en fer, probablement pour en extraire de la poudre d’ocre. C’est ce que vient de démontrer une équipe internationale2 à laquelle a participé Francesco d’Errico, chercheur du CNRS au laboratoire Pacea (CNRS/Université de Bordeaux/Ministère de la Culture), dans une étude publiée le 15 mars 2018 par Science. Ces éléments, retrouvés pour la première fois ensemble et dans une telle quantité, suggèrent que les ancêtres des hommes modernes avaient développé des innovations clés et une cognition moderne dès les premières phases du Middle Stone Age.

Lire la suite

9 mars 2018

Ces lipides qui boostent les symbioses

Entre certaines légumineuses et bactéries, c’est la symbiose ! À l’abri dans leurs racines, ces dernières augmentent le rendement de la culture de ces plantes. À cette fin, les bactéries capables de produire des molécules lipidiques baptisées hopanoïdes, offriraient un réel avantage.

Lire la suite

Page(s) : < | 1 | ... | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... | 120 |