Supervisory authorities

CNRS

Our LABEX

Our Networks

Search




Visitors logged in: 12


Home > Communication > Scientific newsletter > Podcasts

Podcasts Podcasts feed

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 45 |

14 April 2017

[Listen] Principe de précaution : où poser les limites ? (France Culture - La méthode scientifique - 59min)

Qu’appelle-t-on principe de précaution ? Pourquoi fait-il encore débat ? Comment la recherche scientifique s’accorde-t-elle avec le principe de précaution? Innovation et précaution sont-elles incompatibles ? Le principe de précaution peut-il s’appliquer en dehors de la santé et de l’environnement ?

En France, depuis 2005, il est inscrit dans le préambule de la Constitution de 1958, soit au sommet du texte garant de nos institutions et de nos lois. C’est dire l’importance que la France a choisi d’accorder au Principe de Précaution. Pourtant, en cette période électorale, certains candidats aimeraient bien lui tailler quelques croupières. Au prétexte que le Principe de Précaution, trop rigide, serait opposé à un autre principe, celui d’innovation. La France, contrairement à d’autres pays, en a-t-elle trop fait avec le Principe de Précaution ? Faut-il l’amender ? Quelles en sont les limites

Pour déterminer l’endroit où poser ces limites, nous avons le plaisir d’accueillir aujourd’hui Catherine Larrère, philosophe, professeur émérite à l’université Paris 1 et Pierre-Henri Gouyon, biologiste, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, AgroParisTech, Science Po et l’ENS, chercheur au sein du laboratoire ISYEB (Institut de Systématique, Evolution et Biodiversité).

Read more

12 April 2017

[Listen] Les requins : le plus vieux réseau social du monde (France Culture - La méthode scientifique - 59min)

Le requin a traversé les âges depuis la Préhistoire. Que nous apprend la longue histoire de leur évolution ? Leur fonction, leur adaptation, leur rôle dans l’écosystème marin ? Comment le requin s’inscrit-il dans l’arbre phylogénétique ?

Leur image de monstre solitaire et sanguinaire nourrit toujours les fantasmes collectifs alors même qu’ils font moins de victime humaine par an que les vaches. On ne connait pas précisément le nombre exact de leurs espèces. Ils peuplent la Terre depuis plus longtemps que les premiers arbres, ils sont survécu à au moins quatre extinctions de masse, ils pourraient receler la solution génétique dans la lutte contre le cancer, même si aujourd’hui un tiers d’entre eux sont en danger d’extinction. Une étude récente montre que certaines populations s’organisent en réseaux de type sociaux. Bref, les requins ont encore beaucoup de secrets à nous dévoiler...
Pour tenter de lever quelques-uns de ces mystères, La Méthode scientifique a le plaisir de recevoir Johann Mourier, chercheur au centre de recherches insulaires et observatoire de l’environnement, il est le co-auteur de l’étude sur la sociabilité des requins pointes noires et Bernard Séret, requinologue, biologiste marin au Muséum d’Histoire Naturelle et à l’Institut de recherche pour le développement.

Read more

6 April 2017

[Listen] Sciences participatives : le plus grand laboratoire du monde (France Culture - La méthode scientifique - 59min)

Que sont les sciences participatives ? Le citoyen est-il l’avenir de la science ? Un nouvel outil démocratique de production et de dissémination des connaissances scientifiques ? Est-on réellement en passe de démocratiser la science ?

Et si la Planète 9, l’énigmatique planète géante qui se cache aux confins de notre système solaire, avait été découverte par vous ? La NASA a lancé un appel aux astronomes en herbe pour analyser des clichés de l’espace. Résultat, 60 000 participants, et quatre objets candidats au statut de 9ème planète de notre système. C’est la preuve du succès grandissant des sciences participatives. La mise à contribution des citoyens, curieux, qualifiés ou non, permettant l’accumulation de données, l’analyse d’information, le recensement de populations… Bref, un coup de main de taille à la recherche. La science de demain passera-t-elle par nous tous ?

Et pour évoquer cet essor de « La science pour tous », nous avons le plaisir d’accueillir ici à la Maison de la Radio Emeline Bentz, écologue, responsable des sciences participatives à la Fondation Nicolas Hulot et François Houllier, ancien président de l’INRA, (récent) président de l’Université Sorbonne-Paris-Cité dont vous avez pris la tête il y a moins d’un mois, il a rédigé le rapport sur « Les Sciences Participatives en France », rapport remis l’an dernier au gouvernement.

Read more

5 April 2017

[Listen] Sols contaminés : avons-nous empoisonné la Terre ? (France Culture - La méthode scientifique - 59min)

Quels sont les différents types de polluants des sols ? D’où viennent ces polluants ? Comment mesurer la quantité de polluants dans le sol et étudier leur nocivité ? Quels sont les impacts connus de ces polluants sur les écosystèmes ? Sait-on décontaminer efficacement les sols ?

Faut-il se réjouir à trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle qu’on n’ait jamais autant parlé, de mémoire d’homme, d’écologie et d’environnement que dans cette campagne. Il a en effet été souvent question, entre autres, de la pollution atmosphérique et de ses conséquences sur la santé. Certes mais quid de la pollution des sols ? Le processus de formation d’un sol peut prendre plusieurs dizaines de milliers d’années. Et une fois que des polluants l’ont pénétré, la décontamination devient très complexe. Chimie verte, phytoextraction, mycoremédiation… La chimie, la biologie et l’agronomie ont aujourd’hui plusieurs atouts dans leur manche pour y remédier.

Pour dresser ce constat et évoquer les remèdes, nous avons le plaisir de recevoir ici en studio Claude Grison, professeure de classe exceptionnelle CNRS à l’Université de Montpellier, spécialiste de chimie bio-organique, directrice du laboratoire ChimEco et nous sommes en duplex depuis les locaux de nos camarades de France Bleu Loire Océan à Nantes avec Thierry Lebeau, professeur à l’Université de Nantes, chercheur au laboratoire de planétologie et géodynamique, coordinateur du projet POLLUSOLS qui travaille notamment sur la problématique des pollutions diffuses dans le continuum terre-mer.

Read more

3 April 2017

[Listen] L’intelligence individuelle et collective des fourmis (France Inter - La Tête au carré - 53min44)

Antoine Wystrach et Audrey Dussutour sont tous les deux éthologistes au Centre de Recherches sur la cognition animale à l’université Paul Sabatier de Toulouse. Tous deux étudient l’intelligence des fourmis, l’un au niveau individuel et l’autre au niveau collectif.
Les fourmis sont des insectes sociaux formant des colonies ou des fourmilières composés de plusieurs milliers d’individus. Ce collectif est un super organisme auto-organisé. C’est une intelligence collective qui émerge des enchaînements d’un grand nombre d’interactions entre individus et leur environnement . Audrey Dussutour étudie la régulation du trafic chez les fourmis et a démontré que pour prévenir et limiter la formation d’embouteillages, les fourmis utilisent des règles comportementales très simples grâce auxquelles l’organisation spatiale des flux s’adapte automatiquement aux contraintes du milieu.
L’intelligence d’une colonie de fourmis peut être également individuelle. Antoine Wystrachet ses collègues ont mené des expériences sur des fourmis de l’espèce Cataglyphis velox dans le désert andalou et ont alors découvert les étonnantes capacités d’orientation des fourmis grâce à un comportement inattendu : après une certaine distance, une fourmi peut lâcher sa charge, se retourner, observer la scène en alignant son corps dans la direction de la route puis se remettre en marche dans la bonne direction.Malgré leur cerveau plus petit qu’une tête d’épingle, les fourmis sont ainsi d’excellentes navigatrices utilisant à la fois des repères célestes et terrestres pour mémoriser leur route.

Read more

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 45 |