Accueil > Communication > Actualités scientifiques > Podcasts

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 75 |

25 juin 2018

[Ecouter] Cancers et perturbateurs endocriniens : à qui la faute ? (France Culture - De cause à effets - 1H)

Le cancer du sein touche chaque année 2,4 millions de femmes dans le monde, et 523 000 en décèdent ; le cancer de la prostate, 1,6 millions d’hommes et près de 400 000 en meurent. Ce sont les premiers cancers pour chaque sexe, au niveau mondial ! Mais a-t-on seulement cherché à en comprendre les causes réelles ?
On a longtemps incriminé la consommation de tabac, d’alcool, la vieillesse ou encore les progrès du dépistage comme étant les facteurs responsables de ces cas en augmentation.
Et s’il en était autrement ? Si au-delà de ces causes probables, d’autres, plus insidieuses, agissaient loin des regards. Et si les fameux « perturbateurs endocriniens » étaient les principaux responsables ?
Selon les données scientifiques les plus récentes, le rôle majeur de la contamination chimique est un fait. L’environnement nous contamine, et nous en sommes les premières victimes, à l’âge adulte, mais surtout in utero pendant la période de grossesse. Des atteintes qui touchent également la reproduction masculine (cancer du testicule, baisse de la qualité du sperme, infertilité).
L’épidémie mondiale de maladies chroniques frappe nos sociétés modernes, ne sommes-nous pas en train de perdre la bataille, faute de bons diagnostiques ? N’est-il pas temps d’informer les citoyens et de mobiliser la société sur ces enjeux ?

Avec nous, pour répondre à ces questions, André Cicolella, chimiste toxicologue, ancien conseiller scientifique à l’Ineris, président de l’association Réseau environnement santé (RES), on vous doit l’interdiction du bisphénol A dans les biberons et du perchloroéthylène pour le nettoyage à sec. Auteur du livre « Les Perturbateurs endocriniens en accusation – Cancer de la prostate et reproduction masculine », _ed. Les petits matins. Avec nous Stéphane Horel, et Stéphane Foucart, journalistes aux pages Planète du Monde, notre partenaire, spécialistes de ces questions.

Lire la suite

25 juin 2018

[Ecouter] Les femmes et les sciences (France Culture - La conversation scientifique - 59min)

Quelle est la situation des femmes dans le champ des sciences : y sont-elles devenues les égales des hommes ? Et si, comme on s’en doute, la réponse est non, comment changer la donne ? Dialogue entre la députée Céline Calvez et la physicienne Michèle Leduc.

Il s’appelait François Poullain de la Barre. C’était un philosophe du XVIIe siècle, plus exactement un drôle de personnage, : il fut cartésien, féministe, un temps prêtre de l’Eglise catholique, un temps protestant (il faut dire qu’à l’époque, c’était un peu compliqué). En 1673, il fit paraître anonymement un traité intitulé De l’égalité des deux sexes, discours physique et moral où l’on voit l’importance de se défaire des préjugés. Il y défendait l’idée que « l’inégalité de traitement que subissent les femmes n’a pas de fondement naturel, mais procède d’un préjugé culturel ». À l’époque, le mot préjugé était encore tout neuf. En conséquence de son hypothèse, François Poullain de la Barre préconisait qu’on donnât aux femmes une véritable éducation, mais aussi qu’on leur ouvrît toutes les carrières, y compris les carrières scientifiques. Il écrit : « Les femmes sont aussi nobles, aussi parfaites et aussi capables que les hommes. Mais cela ne peut être établi qu’en refusant deux sortes d’adversaires : le premier est la pensée vulgaire, le second est l’ensemble de presque tous les savants ». Il faut ajouter que c’est à ce monsieur que l’on doit la célèbre formule « l’esprit n’a pas de sexe » que Simone de Beauvoir avait mise en épigraphe du Deuxième Sexe.
Depuis la parution du livre de François Poullain de la Barre, de l’eau a coulé sous le Pont Neuf, pendant presque trois siècles et demi. Il est donc temps de se demander quelle est la situation des femmes d’aujourd’hui dans le champ des sciences : y sont-elles devenues les égales des hommes ? Et si, comme on s’en doute, la réponse est non, comment changer la donne ?

Invitées :
- Céline Calvez, députée de la 5e circonscription des Hauts-de-Seine, rédactrice avec Stéphane Viry d’un rapport parlementaire sur les femmes et les sciences ;
- Michèle Leduc, physicienne travaillant dans le domaine de la physique atomique, directrice de recherche au CNRS au Laboratoire Kastler Brossel à l’Ecole Normale Supérieure. Elle a obtenu en 2008 le prix Irène Joliot-Curie, « femme scientifique de l’année ». Fondatrice de association Femmes et sciences, elle est aussi membre du comité d’éthique du CNRS. A ce titre elle a rédigé récemment un rapport sur le harcèlement sexuels dans les laboratoires.

Lire la suite

20 juin 2018

[Ecouter] Mangrove, une forêt les pieds dans l’eau (France Culture - La méthode scientifique - 59min)

Si d’ici 2035, 75% de la population doit vivre sur le littoral, alors jamais la menace que fait peser l’humanité sur la mangrove n’aura été aussi élevée. La mangrove, c’est un terme valise pour décrire ces forêts de palétuviers qui peuplent les rivages, et qui abritent une biodiversité immense qui par leur structure, protègent les rivages de la houle, voire des ouragans ou des tsunamis, qui sont de véritables viviers et produisent d’importante quantité de ressources halieutiques. Bref, un système écologico-économico-socio-culturo-patrimonial complexe que nous allons tenter de débroussailler au cours de cette émission.

Pour aller à la découverte de cet écosystème complexe, nos deux invités du jour sont tous deux contributeurs au livre « Mangrove, une forêt dans la mer  » aux éditions du Cherche Midi, livre co-dirigé par François Fromard, directeur de recherche émérite au CNRS et chercheur au Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement à l’université Toulouse 3 et Marie-Christine Comier-Salem, également contributrice et directrice de recherche à l’IRD, co-directrice du LMI Patrimoines et Territoires de l’eau.

Lire la suite

20 juin 2018

[Ecouter] Pourquoi avoir peur des serpents ? (Rfi - Autour de la question - 48min30)

Pourquoi les serpents nous font si peur ? Comment changer de regard et de perspective sur ces animaux fascinants ? Comment dépasser nos craintes et nos préjugés ? Réponses symboliques esthétiques et scientifiques, autour de la question « pourquoi avoir peur des serpents ? » :

Avec Xavier Bonnet, biologiste et directeur de recherche au CNRS au Centre d’Etudes Biologiques de Chizé, il est l’un des grands spécialistes mondiaux des serpents. Plusieurs dizaines de milliers d’individus sont passés dans ses mains, toujours dans le but de les protéger. Avec ses collègues et amis, il est à l’origine des premières initiatives efficaces de modification des habitats en faveur des serpents, couplées avec des programmes d’éducation à l’environnement.

Lire la suite

18 juin 2018

[Ecouter] Urgence biodiversité : quelles solutions face à l’érosion ? (France Culture - De cause à effets - 1H)

Emission spéciale en présence du ministre Nicolas Hulot et Bruno David, directeur du Museum national d’Histoire naturelle.

Il y a des SOS que l’on n’entend pas, parce que les cris ne nous atteignent pas… Mais quand le silence se fait, il est souvent trop tard !
En son temps, la biologiste et écologiste américaine Rachel Carson avait interpellé sur les atteintes faites à la nature,…notamment par les biocides, et elle avait obtenu, après un long combat, l’interdiction du DDT et autres pesticides.
Plus de 55 ans après son cri d’alarme, le printemps se fait plus dramatiquement silencieux. La biodiversité est en danger. En 17 ans, en France, 30% des oiseaux des champs ont disparu, et d’ici 2050, les scientifiques prédisent la disparition sur terre d’environ 40% des espèces animales et végétales.
La nature va mal, et “l’Homme en est l’arme de destruction massive”, pour reprendre les termes du Ministre Nicolas Hulot qui vient de lancer une consultation publique et porte un plan interministériel pour la biodiversité. Pourquoi cette indifférence face au drame qui se joue ? Quelles en sont les causes ? Quelle biodiversité veut-on pour demain et quelle politique pérenne peut-on engager au sein du gouvernement ?

Réponses avec le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot et avec Bruno David, président du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, aux avant-postes de la recherche sur la biodiversité et qui, depuis 2013, s’est associé au Tour de France afin de sensibiliser à la diversité des paysages français, de leur faune et de leur flore, sans occulter l’empreinte carbone de cette compétition sportive. Et par téléphone, l’interview de Jeremy Roy.

Lire la suite

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 75 |