Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Podcasts

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 51 |

26 juin 2017

[Ecouter] La génétique des populations (France Inter - La Tête au carré - 54min34)

Comment les avancées récentes de la génétique éclairent-elles nos connaissances sur l’origine et l’évolution de notre espèce ?

L’anthropologie génétique complète d’autres disciplines sur la connaissance des populations

L’anthropologie génétique s’intéresse à la reconstruction de l’histoire du peuplement humain, dans son contexte environnemental, et à la dynamique de l’évolution en utilisant les données de la variabilité génétique des populations humaines.

En comparant le génome des différentes populations, cette discipline complète de façon fort utile ce que peuvent nous apprendre d’autres disciplines comme l’histoire ou l’archéologie.

Avec :
- Lluis Quintana-Murci, généticien des populations, Directeur de recherche au CNRS et professeur à l’Institut Pasteur en Génétique des Populations.
- Evelyne Heyer, professeure d’anthropologie génétique au Muséum national d’histoire naturelle. Commissaire de l’exposition Nous et les autres - Des préjugés au racisme | Musée de l’Homme Première grande exposition temporaire du nouveau Musée de l’Homme, du 31 mars 2017 au 8 janvier 2018. Auteure de Une belle histoire de l’homme, Flammarion, 2015.

Lire la suite

23 juin 2017

[Voir] Quel est l’impact d’une forêt fragmentée sur la biodiversité ? (Le Monde Sciences - CNRS Le Journal - 5min04)

Quel est l’impact de la fragmentation de la forêt sur la biodiversité des oiseaux ? Vaut-il mieux avoir des parcelles plus petites mais moins isolées ou bien l’inverse ? Comme le montre ce reportage vidéo proposé par CNRS Le Journal, un groupe de chercheurs a travaillé sur quatre sites des Caraïbes et de Guyane pour tenter de répondre à ces questions.

Lire la suite

22 juin 2017

[Ecouter] Que nous apprennent les chauves-souris ? (Rfi - Autour de la question - 46min)

Elles sont de plus en plus étudiées par les scientifiques, car elles peuvent héberger de dangereux virus comme Ebola ou le virus de Marburg, qui peuvent ensuite passer des chauves-souris aux humains. Il est donc essentiel de savoir identifier les espèces de chauves-souris, et mieux connaître leur comportement. Seulement, elles sont très difficiles à étudier, car elles se déplacent la nuit dans une végétation dense et difficile d’accès. Pour cela, il faut déployer des trésors d’ingéniosité. Les scientifiques suivent leurs déplacements en écoutant leurs ultrasons, et les capturent avec des filets très minces. Entre peurs infondées et réels dangers, partons à la découverte des chauves-souris tropicales...

Avec Alexandre Hassanin, chercheur spécialisé dans la biologie évolutive, il travaille au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris.

Lire la suite

22 juin 2017

[Ecouter] Faut-il réécrire les débuts de l’histoire de l’Homme ? (France Culture - La méthode scientifique - 59min)

La paléogénétique : qu’est-ce que c’est ? Avons-nous encore beaucoup à découvrir et ces techniques vont-elles nous permettre de réécrire l’histoire de l’humanité ? Pourquoi un tel engouement pour l’ADN ancien et que peut-on réellement espérer de ces recherches ?

Il fut un temps, pas si lointain, où tout était à peu près simple. L’homme était apparu dans l’est de l’Afrique, d’abord avec Lucy et les Australopithèques puis les Homo, habilis et erectus et puis, vers 200 000 ans avant notre ère, Sapiens le beau le grand le fort qui domina la planète, laissant derrière lui son cousin un peu demeuré Néandertal. Mais ça, c’était avant. Avant Toumaï, avant la réhabilitation de Néandertal, avant Naledi et Denisova et surtout, avant Jebel Irhoud, qui fait prendre à Sapiens un coup de vieux de 100 000 ans, tout cela, en partie grâce aux progrès des techniques de datation.

Pour réécrire cette histoire, nos narrateurs du jour sont Jean-Jacques Hublin, l’homme derrière Jebel Irhoud, titulaire de la chaire de paléoanthropologie au Collège de France et professeur au Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig et Catherine Hänni, paléo-généticienne CNRS au sein de PALGENE, la plateforme nationale de paléogénétique rattachée au laboratoire d’écologie alpine de l’Université de Grenoble.

Lire la suite

20 juin 2017

[Ecouter] Les microbes sont nos alliés (France Inter - La Tête au carré - 52min56)

Comment les animaux (et l’homme) mais aussi les plantes sont intimement construits par les microbes qui les habitent et les aident à accomplir des fonctions variées et vitales.

Les microbes jouent un rôle en tous points essentiel : tous les organismes vivants, végétaux ou animaux, dépendent intimement de microbes qui contribuent à leur nutrition, leur développement, leur intimité ou même leur comportement. Toujours pris dans un réseau d’interactions microbiennes, ces organismes ne sont jamais seuls.

Ils sont partout

L’art d’élever des microbes. Les vaches, grâce à la rumination, élèvent des microbes en amont du tube digestif tout comme les paresseux et leurs algues symbiotiques cultivée dans leurs poils ! Les fourmis cohabitent avec les champignons qui mangent et digèrent la cellulose et la lignine qu’elles ne digèrent pas. Elles les nourrissent et pré découpent des feuilles. C’est une symbiose digestive. Chez les plantes, chez l’homme les microbes sont partout !

Qui sont ces microbes coopérants ?

Est-ce une symbiose une coopération ou un mutualisme ? En quoi consiste cette symbiose ? Quels mécanismes assurent la permanence, de générations en générations, des symbioses microbiennes ? Confrontés à une sélection qui encourage l’égoïsme, comment le mutualisme peut-il subsister ?

Avec :
- Marc-André Selosse, microbiologiste et professeur au MNHN, auteur de Jamais seul. Ces microbes qui construisent les plantes, les animaux et les civilisations avec Postface de Francis Hallé aux éditions Actes Sud.

Lire la suite

Page(s) : < | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 51 |