Accueil > Communication > Actualités scientifiques > Podcasts

Page(s) : < | 1 | ... | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | ... | 75 |

26 mars 2018

[Ecouter] SOS Mangrove (France Culture - De cause à effets - 1H)

Milieu fondamental de l’équilibre planétaire, notamment dans son rôle de capteur de carbone tout récemment découvert, la Mangrove lance un SOS désespéré… A qui veut l’entendre !

À son nom, des images d’eaux saumâtres et de vase, de moustiques, de vers marins ou de crabes, de racines enchevêtrées et de végétation inhospitalière envahissent nos esprits et installent dans notre imaginaire l’idée d’un écosystème hostile et inquiétant. Or, cette forêt dans la mer, inspirante pour les écrivains, les artistes et les poètes, est l’un des territoires les plus exceptionnels au monde ; elle forme le berceau d’une faune et d’une flore à la richesse méconnue, scrutées par des chercheurs du monde entier, inquiets aujourd’hui du devenir de ce milieu unique face aux changements globaux (surexploitation forestière, agricole et aquacole, développement urbain, augmentation des températures et du niveau de la mer, fréquence des événements extrêmes…). Milieu fondamental pour l’équilibre planétaire, notamment dans son rôle de capteur de carbone tout récemment découvert, la Mangrove et surtout ceux qui l’observent lance un SOS… À qui veut bien l’entendre !
À la veille du colloque sur l’écologie tropicale qui se tiendra à Paris du 26 au 29 mars, nous plongeons aujourd’hui dans ce milieu méconnu, avec :

- François Fromard, chercheur au Laboratoire Ecologie fonctionnelle et Environnement du CNRS, à Toulouse, co-directeur du livre « Mangrove, une forêt dans la mer » paru au Cherche Midi/CNRS.
- Tarik Meziane, chercheur au laboratoire biologie des organismes et écosystèmes aquatiques du MNHN de Paris.
- en duplex de nos studios de France Bleu Hérault à Montpellier, Gilbert David, du laboratoire Espace pour le développement de l’IRD-Montpellier.

Lire la suite

22 mars 2018

[Ecouter] L’intelligence des poulpes (France Inter - La Tête au carré - 54min)

Membre de la classe des céphalopodes (comme la seiche et le calmar), le poulpe est un mollusque comme les moules ou les escargots. Mais le poulpe a la particularité d’avoir un important système nerveux et un grand cerveau. Un poulpe commun possède 500 millions de neurones, au même niveau qu’un chat.

Rois du camouflage, les poulpes qui font partie de la classe des céphalopodes, sont capables de changer de couleur, d’utiliser des outils, de mémoriser des stratégies gagnantes, de jouer voire de percevoir la lumière à travers leur peau. Ils ont curieux flexibles aventureux et opportunistes.

Les céphalopodes sont des maîtres dans l’art de changer de couleur

La peau est un écran à plusieurs couches directement contrôlé par le cerveau : les neurones contrôlent les muscles à partir du cerveau à travers le corps jusqu’à la peau et les muscles à leur tour, contrôlent des millions de petites poches de couleur que l’on pourrait comparer à des pixels. Et cela à une grande vitesse grâce à l’activité de plusieurs muscles. Le camouflage et la signalisation seraient les deux fonctions du changement de couleur chez les céphalopodes.

Les systèmes nerveux des céphalopodes sont distribués et répartis dans son corps

La majorité des neurones sont dans ses bras qui en accueillent presque deux fois plus que le cerveau central. Les bras en plus du toucher peuvent percevoir les substances chimiques c’est-à-dire qu’ils peuvent sentir et goûter !
Chaque ventouse d’un tentacule de poulpe possède jusqu’à 10 000 neurones ! Ces bras jouissent d’une indépendance considérable par rapport au cerveau central mais il est aussi capable de contrôle global avec action délibérée guidée par le cerveau.

Avec :
- Jean Claude Ameisen, médecin chercheur, et producteur de l’émission Sur les épaules de Darwin qui a préfacé « Le prince des profondeurs, l’intelligence exceptionnelle des poulpes  » de Peter Godfrey-Smith , édité chez Flammarion
- Laure Bonnaud-Ponticelli, spécialiste des céphalopodes et professeur au MNHN/Borea (Biologie ds organismes et écosystèmes aquatiques)

Lire la suite

15 mars 2018

[Ecouter] Océans : une usine chimique qui se dérègle (France Culture - La méthode scientifique - 58min)

Quelle est la chimie propre aux océans et quel rôle joue-t-elle ? Pour quelles raisons cette chimie est-elle perturbée et quelles sont les conséquences de ces perturbations ? Quelles solutions sont aujourd’hui envisagées pour enrayer le phénomène ?

Saviez-vous que l’on trouve dans les océans terrestres tous les éléments chimiques connus, ne serait-ce qu’à l’état de traces parce qu’avant d’être en endroit où faire trempette pour se rafraîchir l’été, l’Océan Mondial est avant tout une incroyable, immense usine physico-chimique, qui brasse les éléments terrestres et atmosphériques dans des processus de conversion qui sont encore pour partie mal compris. Ce que l’on comprend bien en revanche, c’est que l’activité humaine, depuis près de deux siècles, est en train de bouleverser cet équilibre. Résultat : l’océan se réchauffe, s’étouffe, s’acidifie. La dernière fois que cela s’est produit, 90% des espèces vivantes ont disparu.

Pour en parler, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Marilaure Grégoire, directrice de recherche à l’Université de Liège, vice-président du groupe international de recherche Global Ocean Oxygen Network, son équipe vient de publier début janvier une étude dans la revue Science qui décrit l’ampleur planétaire des processus de désoxygénation des océans et Laurent Bopp, océanographe et climatologue, directeur de recherche CNRS au Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement de l’Institut Pierre Simon Laplace.

Lire la suite

15 mars 2018

[Ecouter] Le paludisme : un fléau qui résiste (France Culture - La méthode scientifique - 58min)

Que se passe-t-il lors d’une infection par un parasite Plasmodium ? Quel est le cycle de reproduction de ce parasite ? Comment peut-on lutter contre le paludisme ? Serait-il envisageable de l’éradiquer ? Quelles sont les dernières pistes de traitement ? Pourquoi n’y-a-t-il toujours de vaccin ?

La moitié de la population de la planète est exposée au paludisme. Si la maladie a été éradiquée dans une trentaine de pays depuis la seconde moitié du XXème siècle, elle continue à sévir, et à tuer lourdement en Afrique Subsaharienne, qui concentre plus de 90% des cas d’infection et de décès. Pourquoi aucun vaccin probant n’a-t-il été trouvé et comment expliquer qu’en territoire impaludé, certaines personnes sont immunisées et pas d’autre ? Faudra-t-il avoir recours à des moustiques génétiquement modifiés pour mettre un terme définitif à cette épidémie, qui tue un demi-million de personnes, principalement des enfants, chaque année ?

Pour évoquer ces questions et comprendre les enjeux médicaux et sociaux d’une éradication planétaire du paludisme, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Dominique Mazier, professeure à Sorbonne Université, responsable d’équipe au Centre d’immunologie et des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris et Olivier Silvie, directeur de recherche Inserm, responsable d’équipe au Centre d’immunologie et des maladies infectieuses également à la Pitié.

Lire la suite

15 mars 2018

[Ecouter] Qui sont les parasites ? (Rfi - Autour de la question - 46min)

Qui sont les parasites ?
Comment manipulent-ils leurs hôtes ?
Découvrez les stratégies d’attaque ou de séduction les plus délirantes, de ceux qui nous parasitent pour le meilleur comme pour le pire.

Avec
- Pierre Kerner, maître de conférences en génétique évolutive du développement à l’Université Paris Denis Diderot et l’Institut Jacques Monod. Il est le créateur du blog et de la chaîne Youtube Strange Stuff and Funky Things, où l’on découvre des articles de fond sur des sujets étranges et surprenants le plus souvent liés au vivant.
- Adrien Demilly et Alain Prunier (illustrateurs).

Lire la suite

Page(s) : < | 1 | ... | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | ... | 75 |