Accueil > A la une

A la une RSS des A la une

10 septembre 2018

Évolution sans diversité génétique ? Le puceron du pois comme étude de cas

Arnaud Sentis, Nathalie Dardenne, Felipe Ramon-Portugal, Gilles Espinasse, Alexandra Magro, Benoit Pujol, Jean-Louis Hemptinne & Etienne Danchin

Tout a commencé par un projet de groupe élaboré au cours de l’école d’été 2012 du LabEx TULIP, pour mener six ans plus tard à la publication d’un article dans Heredity sur l’évolution non-génétique du puceron du pois entre autre par plusieurs chercheurs du laboratoire Evolution & Diversité Biologique (EDB UMR 5174 Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées, CNRS, IRD, UPS). Deux des étudiants ayant participé au projet initial lors de la summer school de 2012 sont parmi les auteurs. Un bel exemple de cas où l’enseignement aura influencé la recherche.

Lire la suite

12 juillet 2018

[Alerte presse] Out of Africa : nos origines multiples

Lounès Chikhi

Mots-clés : Origines humanité, évolution, cultures, Afrique
 
Nos plus vieux ancêtres venaient d’Afrique, et on a longtemps cru qu’ils s’étaient dispersés depuis une région unique, située à l’est ou au sud du continent. Cependant, l’idée d’un berceau de l’humanité bien localisé est de plus en plus remise en question… jusqu’à étendre ce berceau à l’ensemble de l’Afrique. Fossiles humains, gènes et culture matérielle semblent en effet raconter la même histoire : nos ancêtres auraient été présents assez tôt sur tout le continent, évoluant dans des environnements très différents ; et au cours des 300 000 dernières années, c’est une dynamique complexe de connexions, de séparations et de métissages entre les différentes lignées et cultures qui aurait engendré, à la manière d’un puzzle, la diversité de notre espèce. C’est ce nouveau point de vue que publie le 11 juillet 2018, dans la revue Trends in Ecology and Evolution, un consortium composé de spécialistes de l’évolution humaine, de la génétique et des climats du passé, comprenant deux chercheurs du CNRS1.

Lire la suite

2 juillet 2018

Les parasites en font voir de toutes les couleurs aux animaux

Jessica Côte, Lisa Jacquin

Prendre en compte la variabilité naturelle de coloration des animaux pourrait permettre de mieux prédire leurs réponses face aux agents pathogènes. C’est ce que révèle une étude récente menée par des chercheurs du laboratoire Evolution et Diversité Biologique (EDB, CNRS / Université Toulouse III Paul Sabatier / IRD), en collaboration avec des chercheurs de la Station d’Ecologie Théorique et Expérimentale de Moulis (SETE, CNRS / Université Toulouse III Paul Sabatier), de l’Université de McGill et de Sorbonne Universités. Ces résultats sont parus dans la revue Proceedings of the Royal Society, le 30 mai 2018.

Lire la suite