Accueil > A la une

A la une RSS des A la une

13 novembre 2017

La coexistence avec une espèce introduite bouscule l’équilibre des traits écologiques d’une espèce native

Julien Cucherousset , Libor Závorka

L’Homme a introduit de très nombreuses espèces en dehors de leurs aires de distribution native. Certaines de ces espèces ont pu établir des populations viables et impacter les organismes présents dans ces écosystèmes d’accueil. Dans le cadre d’un projet Européen de recherche (SalmoInvade – Biodiversa), des scientifiques du laboratoire Evolution et Diversité Biologique (EDB, CNRS/Université Toulouse III - Paul Sabatier/ENSFEA/IRD, France) et du Salmonid Ecology Group (Université de Göteborg, Suède) ont analysé les effets de la présence du saumon de fontaine, espèce originaire d’Amérique du Nord, sur les traits écologiques de la truite commune, espèce européenne. Cette étude, publiée en ligne en Août 2017 dans le journal Functional Ecology, démontre, qu’en présence de l’espèce introduite, les individus de l’espèce native ont une croissance plus faible, changent leur régime alimentaire, leur morphologie et diminuent la taille de leur domaine vital. Les chercheurs ont aussi mis en évidence que la coexistence avec l’espèce introduite altérait fortement les associations habituellement observées entre traits écologiques chez l’espèce native qui forment un syndrome phénotypique.

Lire la suite

11 juillet 2017

Comme un parfum de suricate

Sarah Leclaire

Les bactéries sont partout : dans notre environnement, sur notre peau, et dans notre système digestif. Le rôle de ce microbiote dans l’écologie et l’évolution de l’hôte suscite un intérêt croissant, aidé par l’avènement des techniques de séquençage haut-débit. Parmi leurs divers rôles, nombre de bactéries peuvent produire des composés odorants, et pourraient donc ainsi jouer un rôle primordial dans la communication sociale des animaux. Des chercheurs du laboratoire Evolution & Diversité Biologique (EDB, CNRS / Université Toulouse III / ENSFEA / IRD) de Toulouse et de l’université de Duke (Caroline du Nord, USA) ont étudié le lien entre les odeurs des suricates et leurs bactéries. Ces travaux publiés dans la revue Scientific Reports révèlent que les bactéries des sécrétions odorantes de la glande anale pourraient être responsables de la production d’odeurs, en particulier des signaux olfactifs permettant de reconnaître les membres du groupe social.

Lire la suite

29 juin 2017

Les organismes rétrécissent avec le réchauffement climatique ! Quelles conséquences pour leur survie ?

Arnaud Sentis

Un des effets principaux du réchauffement climatique est de réduire la taille des organismes à sang froid tels que les insectes, les poissons et les bactéries. Cependant les conséquences écologiques de ces changements de taille sont encore mal connues. Des chercheurs du Laboratoire Évolution et Diversité Biologique de Toulouse (EDB, CNRS / Université Toulouse III / ENSFEA / IRD), du département de biologie des écosystèmes de l’Université de Bohême du Sud (République Tchèque) et du département de physique, chimie et biologie de l’Université de Linköping (Suède) ont pu analyser les conséquences à long terme de la diminution de taille des organismes à sang froid sur la survie de leurs populations et sur le fonctionnement des chaines alimentaires. Ils démontrent que le rétrécissement des organismes peut augmenter la survie des organismes et de leurs populations et donc atténuer les conséquences écologiques du réchauffement climatique sur les écosystèmes. Ces résultats publiés dans la revue Ecology Letters le 24 mai 2017 soulignent la nécessité de considérer les réponses phénotypiques des organismes à la température pour mieux comprendre et anticiper les effets du changement climatique sur la biodiversité.

 

Lire la suite