Supervisory authorities

CNRS

Our LABEX

Our Networks

Search




Visitors logged in: 3


Home > Communication > Scientific newsletter > Press articles > Sciences

Comment un arbre mène des fourmis à l’esclavage [Le Monde]

by Frédéric Magné - published on , updated on

Le mutualisme, ce n’est pas qu’une histoire de banque et d’assurance. En biologie, ce terme désigne une association équilibrée entre deux partenaires qui en tirent un bénéfice. Un accord gagnant-gagnant, pour reprendre une expression de l’époque. Un des cas les plus cités est celui de la mycorhize, une symbiose entre les racines des plantes et le mycélium des champignons, c’est-à-dire leur réseau de filaments souterrains : le champignon sert en quelque sorte d’extension aux racines de la plante et lui apporte de l’eau ou des éléments comme le phosphore tandis qu’en contrepartie, son partenaire l’alimente en sucres par exemple. Il se peut aussi que le mutualisme associe un végétal et un animal, comme dans le cas instructif de l’acacia et des fourmis.