Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Actualités en rapport avec nos thématiques

Comment un termite français est devenu américain

par Frédéric Magné - publié le , mis à jour le

Décrit dans les années 1920, le termite de Saintonge, Reticuliterme santonensis, est l’une des six espèces de termites présentes sur le territoire français. Des chercheurs de l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte (CNRS/Université de Tours) viennent de montrer, analyses génétiques à l’appui, que cet insecte appartient en réalité à l’espèce de termites la plus répandue aux Etats-Unis, R. flavipes, et serait plus précisément originaire du sud de la Louisiane.

   

On le croyait endémique... Le termite d’origine américaine flavipes a déjà colonisé une trentaine de départements français © Elfie Perdereau

Décrire la route empruntée par une espèce invasive est chose rare : tout au plus a-t-on une idée de la région du globe d’où cette espèce est originaire. C’est pourtant ce que viennent de réussir à faire des chercheurs de l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte de Tours, en démontrant l’origine américaine du termite de Saintonge, R. santonensis. Ce termite particulièrement invasif, aujourd’hui présent dans une trentaine de départements français, dont Paris, a été décrit en 1924. Pendant soixante ans, personne n’a songé à remettre en cause ses origines hexagonales… C’est à l’occasion de sa thèse sur la communication chimique des insectes, à la fin des années 80, qu’Anne-Geneviève Bagnères, responsable de l’étude parue en décembre dans Molecular Ecology, a eu un premier doute. « A l’époque, j’ai eu l’occasion de travailler sur des échantillons du termite le plus répandu aux Etats-Unis, R. flavipes. Il m’est apparu que sa signature chimique ressemblait étrangement à celle du termite de Saintonge. »

Une intuition qui a pu se vérifier grâce à un long travail d’échantillonnage et d’analyses génétiques réalisé ces dernières années par le laboratoire tourangeau, en collaboration avec l’université de Caroline du Nord. Plus de 200 échantillons récoltés sur tout le territoire des Etats-Unis et en France, ont permis de valider l’origine américaine de santonensis. Mieux : les chercheurs ont découvert qu’il était plus spécifiquement apparenté aux populations de flavipes du sud de la Louisiane. « Selon toute vraisemblance, l’insecte a voyagé du temps de la Louisiane française, lorsque des dizaines de goélettes, transportant arbres, terre et plantes, ralliaient le port de la Nouvelle-Orléans aux ports saintongeais de Rochefort et la Rochelle » indique Anne-Geneviève Bagnères.

Référence

Global genetic analysis reveals the putative native source of the invasive termite, Reticulitermes flavipes, in France” publié online dans Molecular Ecology le 3 décembre 2012
par E. Perdereau, A.-G. Bagnères, S. Bankhead-Dronnet, S. Dupont, M. Zimmermann, E. L. Vargo et F. Dedeine.

Contact chercheur

Anne-Geneviève Bagneres, Institut de recherche sur la biologie de l’insecte, Tel : 02 47 36 73 48Mél : bagneres@univ-tours.fr

Contact presse

Florence Royer, chargé de communication de la délégation Centre-Poitou-Charentes,

Tel : 02 38 25 52 01Mél :florence.royer@dr8.cnrs.fr