Supervisory authorities

CNRS

Our LABEX

Our Networks

Search




Visitors logged in: 6


Home > Communication > Scientific newsletter > News in touch with our themes

Des oiseaux marins retrouvent leur chemin grâce à leur odorat

by Frédéric Magné - published on , updated on

Les puffins cendrés, oiseaux de mer, passent la majeure partie de leur vie à voyager au travers des océans. Pourtant chaque année ils retournent sur la même île pour se reproduire. Comment ? Une équipe de chercheurs (CNRS-CEFE / Université de Pise / Université d’Açores / Max Planck Institute) a publié son explication dans The journal of experimental biology le 1er août 2013 : c’est grâce à leur odorat.

Puffins cendrés atlantiques (Calonectris borealis) en vol près de l’ile de reproduction © Francesco Bonadonna
 

Les capacités d’orientation des oiseaux ont depuis toujours fasciné les hommes. Elles ont aussi généré des controverses entre les partisans de différents mécanismes d’orientation : en particulier l‘orientation magnétique et celle olfactive. Une collaboration entre le Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive du CNRS, l’Université de Pise, celle des Açores et le Max Planck Institute, a permis de tester ces deux explications possibles pour l’orientation d’une espèce d’oiseau. Pour ce faire les puffins cendrés atlantiques (Calonectris borealis), oiseaux marins pélagiques, ont été choisis pour leurs capacités olfactives reconnues et pour leurs capacités d’orientation lors de leurs voyages alimentaires et leur migration. Pendant ces voyages, bien que cela revienne à retrouver une aiguille dans une botte de foin, ces oiseaux parviennent toujours à retrouver le chemin vers leur nid sur la même petite île au milieu de l’océan, sans souci. 

Les scientifiques ont sélectionné 24 oiseaux de la colonie de l’île de Faial (Açores) et les ont partagés en trois groupes : 8 individus témoins, 8 individus incapables de percevoir le champ magnétique terrestre (avec un aimant sur la tête) et 8 individus rendus inaptes à percevoir les odeurs (de façon temporaire, en lavant leur muqueuse olfactive avec une solution de sulfate de zinc). Déplacés à 800 km de leur nid avec un bateau, ils ont été relâchés en plein océan équipés d’enregistreurs GPS ou de balises Argos afin de recueillir les trajets de retour vers l’île. Les résultats sont époustouflants : les oiseaux témoins et les oiseaux qui ne pouvaient pas percevoir le champ magnétique sont rentrés à la colonie rapidement (2 à 9 jours) et quasi en ligne droite. Les oiseaux privés d’odorat ont montré de grandes difficultés à retrouver l’île avec des trajets extrêmement tortueux ; et ceux qui sont rentrés après des dizaines de jours avaient récupéré leur odorat. 

En plus d’exclure que le champ magnétique soit crucial pour l’orientation en pleine mer, cette expérience apporte une pièce fondamentale à la théorie de l’orientation olfactive chez les oiseaux en résolvant les diverses controverses autour de cette question. Reste à découvrir les odeurs utilisées comme repères et comment ces odeurs les guident. 

 Référence

Oceanic navigation in Cory’s shearwaters: evidence for a crucial role of olfactory cues for homing after displacement, Anna Gagliardo, Joël Bried, Paolo Lambardi, Paolo Luschi, Martin Wikelski and Francesco Bonadonna, Journal of experimental biology, Août 2013

Contact chercheur

Francesco Bonadonna, Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS / Universités Montpellier 1, 2 et 3 / Montpellier Supagro / Ecole pratique des hautes études / CIRAD / IRD / INRA)
Tél : 04 67 61 32 44
Mél : francesco.bonadonna@cefe.cnrs.fr

Contacts presse

Johanne NAHMANI
, communication du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS / Universités Montpellier 1, 2 et 3 / Montpellier Supagro / Ecole pratique des hautes études / CIRAD / IRD / INRA)
E-mail : Johanne.NAHMANI@cefe.cnrs.fr
 
Aurélie Lieuvin, chargée de communication de la délégation Languedoc-Roussillon
Tel : 04 67 61 35 10
E-mail : aurelie.lieuvin@dr13.cnrs.fr