Supervisory authorities

CNRS

Our LABEX

Our Networks

Search




Visitors logged in: 10


Home > Communication > Scientific newsletter > News in touch with our themes

Des vestiges médiévaux à l’origine de véritables îlots de biodiversité au sein des forêts actuelles

by Frédéric Magné - published on , updated on

Dans le livre The world without us1 (Le monde sans nous), le journaliste américain Alan Weisman décrit l’évolution progressive de la flore et de la faune après la disparition de l’humanité. L’auteur explique notamment qu’en l’espace de quelques siècles les villes retourneraient à l’état de forêts. Deux chercheurs de l’unité Ecologie et dynamique des systèmes anthropisés (Edysan - CNRS / Univ. de Picardie Jules Verne) ont voulu tester rétrospectivement cette hypothèse. Ils ont pour cela recherché l’impact des mottes castrales sur la végétation de certaines zones forestières actuelles. Leurs travaux publiés le 10 février dans la revue Ecosystems révèlent que ces habitats édifiés à l’époque médiévale influencent encore la structure des communautés végétales et la fertilité des sols qui y sont associés des siècles après leur abandon.


Reconstitution d’une motte castrale du Xe siècle et de sa basse-cour : un site urbain de l’époque
médiévale © Silvère Decocq


S’il ne fait plus de doute que les activités humaines qui se sont succédé tout au long de l’histoire ont grandement influencé la biodiversité actuelle et le fonctionnement des écosystèmes, la durée de leur incidence reste toutefois mal connue. Pour tenter d’en savoir plus, des scientifiques de l’unité de recherche Edysan (CNRS/Université de Picardie Jules Verne) ont étudié l’environnement naturel lié aux vestiges d’une vingtaine de mottes castrales situées en région Picardie. Ces buttes de terre édifiées entre le Xe et le XIe siècle, surmontées à l’origine de fortifications et de bâtiments en bois aujourd’hui disparus, ont été abandonnées durant la Guerre de Cent ans, il y a environ six cent ans de cela. « Les 19 sites que nous avons sélectionnés dans le cadre de notre étude ont tous la particularité d’avoir alors été recolonisés par la forêt permettant ainsi de mieux discriminer l’influence de ces habitats médiévaux sur la structure actuelle de ces écosystèmes forestiers  », précise Guillaume Decocq, enseignant-chercheur en sciences végétales et fongiques à l’Université de Picardie Jules Verne et coauteur de l’étude.

En les comparant à des parcelles forestières voisines mais suffisamment éloignées de la motte castrale pour ne pas en subir l’influence, les scientifiques ont pu montrer que les sols situés à l’emplacement des anciennes constructions moyenâgeuses sont à la fois plus riches en matière organique, en carbone organique, en azote et en phosphore. Ceux-ci sont par ailleurs plus caillouteux et plus basiques que les sols des sites témoins pourtant situés sur le même substrat de nature crayeuse. Si en terme de biodiversité floristique l’équipe n’a pas décelé de différence significative entre sites archéologiques et sites témoins, elle a cependant constaté que les anciennes mottes castrales hébergeaient davantage d’espèces compétitives tant au niveau des plantes présentes que des graines enfouies dans le sol. « Nos résultats montrent que la durée de l’empreinte humaine sur le milieu naturel a été sous-estimée, résume Guillaume Decocq. En protégeant les parcelles forestières qui abritent ces vestiges archéologiques on préserve donc à la fois notre patrimoines historique et écologique  ». Parce qu’ils constituent un réservoir de biodiversité unique au sein de chaque fragment de forêt, les bois qui hébergent les mottes castrales pourraient notamment contribuer à renforcer, à l’échelle des paysages, l’adaptation des écosystèmes forestiers aux changements globaux.

1. L’ouvrage a été publié en France en 2007 sous le titre Homo disparitus


Aspect actuel d’une motte castrale en forêt. L’anomalie topographique sur un terrain
par ailleurs plat permet de relocaliser l’ancien habitat médiéval (motte de terre artificielle
à gauche entourée des restes d’un fossé). Il héberge aujourd’hui une végétation originale
par rapport au reste de la véfgététaion forestière – © Guillaume DECOCQ

 

 Référence

"Remnant artificial habitats as biodiversity islets into forest oceans", Déborah Closset-Kopp et Guillaume Decocq, Ecosystems, le 10 février 2015
 

Contact chercheur

Guillaume Decocq
Ecologie et dynamique des systèmes anthropisés (EDYSAN) - CNRS / Université de Picardie Jules Verne
Tél. : 03 22 82 77 55
Email : guillaume.decocq@u-picardie.fr