Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Podcasts

[Ecouter] Des moustiques et des hommes (France Culture - La méthode scientifique - 59min)

Pourquoi l’académicien Erik Orsenna a-t-il pisté les moustiques ? Les moustiques nous échappent-ils encore ? Pourquoi les moustiques continuent-ils d’être dévastateurs ? Les moustiques sont-ils les rois de la mutation ? Quelles seraient les conséquences écologiques de l’éradication des moustiques ?

par Frédéric Magné - publié le

Avec plus de 750 000 décès par an, c’est l’animal le plus dangereux pour l’homme. Il est présent sur tous les continents (hormis l’Antarctique), est le vecteur de multiples maladies sévères dont certaines sont mortelles. C’est par ailleurs la pire plaie de vos étés, un ennemi intime qui peut transformer une nuit idyllique en cauchemar. Il ne connaît aucune frontière, se répand dans des zones climatiques qui n’étaient pas les siennes, a un facteur élevé de mutabilité qui le rend rapidement résistant aux insecticides qui le menacent. Bref, le moustique est une plaie mondiale, à tel point que se pose la question de son éradication de la planète. Une éradication qui pourrait, malgré tout, faire plus de mal que de bien à notre planète.

Pour évoquer cette relation de haine, mais aussi un peu d’amour caché loin quelque part entre les moustiques et l’humanité, nous avons le plaisir de recevoir aujourd’hui Erik Orsenna, écrivain, membre de l’Académie Française, il publie avec Isabelle de Saint-Aubin « Géopolitique du moustique, petit précis de mondialisation 4 » chez Fayard et François Rodhain, entomologiste médical, professeur honoraire à l’Institut Pasteur « Le parasite, le moustique, l’homme et les autres, essai sur l’éco-épidémiologie des maladies à vecteur », aux éditions Docis.

Voir en ligne