Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Podcasts

[Ecouter] Science et société : les raisons historiques du divorce (France Culture - La méthode scientifique - 59min)

Comment est apparue la méfiance des citoyens vis à vis de la science ? En quoi peut-on dire qu’il y a un avant et après la bombe atomique ? Cette méfiance est-elle encore justifiée aujourd’hui ? Faut-il avoir peur du progrès ?

par Frédéric Magné - publié le

Troisième numéro de notre semaine spéciale consacrée à la Marche pour les Sciences, qui aura lieu samedi. Si aujourd’hui, une personne sur deux estime que la science peut apporter autant de mal que de bien, que s’est-il passé ? Pourquoi les chercheurs ont-ils fini par susciter la méfiance des citoyens ? Depuis quand la notion de progrès est-elle vectrice d’inquiétude ? Depuis quand le scientifique est-il devenu suspect. Peut-être depuis ce 16 juillet 1945, dans ce désert du Nouveau-Mexique où Robert Oppenheimer prononça cette phrase du Mahabarrata : « Maintenant je suis la mort, le destructeur des mondes » après le premier essai nucléaire de l’histoire de l’humanité ? 70 ans après, comment œuvre à la réconciliation ?

Et pour percer les limites mais aussi discerner les atouts de l’enseignement scientifique en France, qui plus est à 5 jours de l’élection présidentielle, La Méthode scientifique a le plaisir d’accueillir aujourd’hui Agnès Van Zanten, directrice de recherche à l’Observatoire Sociologique du Changement, membre du Conseil supérieur des programmes et médaille d’argent du CNRS 2017, Gabrielle Zimmermann, chef de projet à la Fondation Main à la Pâte, auteure de nombreux livres et manuels scolaires et Michèle Artigue, professeure émérite au laboratoire de Didactique André Revuz, à l’université Paris Diderot, mathématicienne spécialisée en didactique.

Ecouter en ligne