Supervisory authorities

CNRS

Our LABEX

Our Networks

Search




Visitors logged in: 7


Home > Communication > Scientific newsletter > News in touch with our themes

L’ancêtre du lamantin serait originaire d’Afrique

by Frédéric Magné - published on , updated on

Un os crânien retrouvé dans le Djebel Chambi, en Tunisie, se révèle être le premier fossile de sirénien découvert sur ce continent. Il renforce la thèse de l’origine africaine de cette lignée de mammifères ayant donné naissance aux lamantins et dugongs actuels. 

Le fossile découvert en Tunisie (l’os pétreux, en jaune sur le schéma) appartient bien à un sirénien. L’ancêtre des lamantins et dugongs était alors un mammifère terrestre à quatre pattes. © Sophie Benoit-Vrad et Julien Benoit

 Autant l’origine des cétacés est bien connue des scientifiques – ces mammifères seraient nés sur le sous-continent indien au début de l’ère tertiaire avant de rejoindre le milieu aquatique -, autant celle des siréniens ressemblait à une page blanche jusqu’à très récemment. Cette famille de mammifères marins, aussi appelés vaches de mer car ils sont herbivores, comprend les lamantins et les dugongs. « A la fin des années 90, les biologistes moléculaires ont formulé l’hypothèse que les siréniens, comme les éléphants ou les damans, appartenaient à un même groupe de mammifères né en Afrique et baptisé « afrothères » » raconte Julien Benoit, paléontologue doctorant à l’Institut des sciences de l’évolution (CNRS/Université Montpellier 2). Problème : les plus vieux fossiles de siréniens connus provenaient de Jamaïque… La découverte d’un os pétreux dans un gisement tunisien du Djebel Chambi, relayée dans PLoS One du 16 janvier, vient ajouter un argument de poids en faveur de l’hypothèse africaine.


« Cet os de l’oreille, qui renferme notamment l’oreille interne et se situe au voisinage de nombreux nerfs et artères, fournit de précieuses informations sur la morphologie fonctionnelle des mammifères et leurs liens de parenté », explique le chercheur dont c’est l’une des spécialités. A noter que le pétreux découvert à Chambi, s’il remonte à la fin de l’Eocène inférieur comme les fossiles jamaïcains (soit il y a 55 millions d’années environ), est de forme plus primitive que ceux-ci, ce qui renforce l’idée d’une antériorité de la lignée africaine.


Le milieu géologique dans lequel ce fossile a été trouvé – un dépôt lacustre de nature calcaire – livre les premiers éléments d’un scénario qui demande désormais à être confirmé : le sirénien aurait d’abord été un mammifère terrestre à quatre pattes avant de rejoindre les lacs d’eau douce d’Afrique, puis l’eau salée des océans. Quant à la date précise de son apparition, elle fait encore débat : est-ce avant la grande extinction qui a précédé l’ère tertiaire, comme le soutiennent les biologistes moléculaires, ou après celle-ci, comme le pensent les paléontologues ?

Référence

 "Cranial remain from Tunisia provides new clues for the origin and evolution of sirenia (mammalia, afrotheria) in Africa ", publié dans PLoS One du 16 janvier 2013 par Julien Benoit, Sylvain Adnet, Essid El Mabrouk, Hayet Khayati, Mustapha Ben Haj Ali, Laurent Marivaux, Gilles Merzeraud, Samuel Merigeaud, Monique Vianey-Liaud et Rodolphe Tabuce.

Contact chercheur

Julien Benoit, Institut des sciences de l’évolution (CNRS/Université Montpellier 2), Mél : julien.benoit@univ-montp2.fr

Contact presse

Aurélie Lieuvin, chargée de communication de la délégation Languedoc-Roussillon, Tel : 04 67 61 35 10, Mél : aurelie.lieuvin@dr13.cnrs.fr