Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Actualités en rapport avec nos thématiques

La migration favorise-t-elle la diversification des oiseaux ?

par Frédéric Magné - publié le , mis à jour le

La fascination pour la migration des oiseaux a conduit à de nombreuses études relatives à l’orientation et la navigation en vol ou encore aux risques liés aux pandémies et au réchauffement climatique. Cependant, l’impact de la migration sur l’évolution et la diversification des oiseaux reste encore mal connu. Une équipe composée de chercheurs de l’Institut de biologie de l’Ecole Normale Supérieure (IBENS), du Centre des Sciences de la Conservation (CESCO), du Centre de Mathématiques Appliquées (CMAP) et de l’Imperial College London a étudié l’influence du comportement migrateur sur la diversification des oiseaux. Publiée le 23 avril dans le journal Proceedings of the Royal Society B, cette étude révèle que les espèces migratrices se diversifient plus rapidement et s’éteignent moins vite que les sédentaires.


Hipolaïs polyglotte (Hippolais polyglotta) passe la saison de reproduction en Europe de
l’Ouest et hiverne en Afrique de l’Ouest. (© Aurelien Audevard)

 

Avant cette étude, aucun lien n’avait pu être démontré entre diversification et migration, suggérant que les espèces migratrices et sédentaires avaient tendance à se diversifier de la même manière. Plusieurs hypothèses antagonistes avaient été émises concernant par exemple, les effets potentiels de la migration sur la spéciation par effet fondateur ou au contraire par une homogénéisation des populations due aux flux de gènes, ou bien encore concernant une limitation des processus d’extinction lors des épisodes de glaciations dans les régions tempérées.

En combinant l’arbre de parenté de 10 000 espèces d’oiseaux et leur statut migratoire, Jonathan Rolland et ses collaborateurs ont retracé l’histoire évolutive de la migration chez les oiseaux. Les auteurs ont montré que la migration était apparue à de multiples reprises au cours de l’évolution à partir d’un état ancestral sédentaire. Ils ont ainsi pu estimer les taux de diversification et d’extinction ainsi que les transitions entre comportement migrateur et sédentaires. Bien que seulement 18% des espèces soient migratrices, leur taux de diversification est supérieur aux espèces sédentaires, et ce quel que soit la famille considérée (passereaux, oiseaux mouches, martinets, etc.).

La question qui se pose alors est « comment les espèces migratrices peuvent elles à la fois se diversifier plus vite et être moins nombreuses que les espèces sédentaires ? » Deux processus asymétriques ont été identifiés. Le premier est que les espèces migratrices se diversifient non seulement en 2 espèces migratrices, mais aussi assez fréquemment en 1 espèce migratrice et 1 espèce sédentaire. Le second est que cette dernière situation est plus fréquente chez les espèces migratrices que les espèces sédentaires. Le résultat final conduit à une augmentation plus grande du nombre d’espèces sédentaires que d’espèces migratrices. Les espèces migratrices contribuent donc à la diversité des espèces sédentaires par la sédentarisation d’une de leur espèce-fille. Il reste encore beaucoup d’inconnus sur le déterminisme génétique du comportement migratoire, mais nous savons maintenant que la migration peut avoir un effet important sur l’histoire évolutive des oiseaux.
 

 Référence

"Settling down of seasonal migrants promotes bird diversification", Jonathan Rolland, Frédéric Jiguet, Knud Andreas Jønsson, Fabien L. Condamine et Hélène Morlon, Proceedings of Royal Society B, avril 2014.
 

Contacts chercheurs

Jonathan Rolland
Institut de biologie de l’Ecole Normale Supérieure (IBENS) – CNRS / ENS Paris / INSERM
Centre de Mathématiques Appliquées (CMAP) - CNRS / Ecole Polytechnique
Centre des Sciences de la Conservation (CESCO) – CNRS / MNHN / UPMC
E-mail : jonathan.rolland@yahoo.fr

Frédéric Jiguet
Centre des Sciences de la Conservation (CESCO) – CNRS / MNHN / UPMC
Tél. : 01 40 79 30 70
E-mail : fjiguet@mnhn.fr

Hélène Morlon
Institut de biologie de l’Ecole Normale Supérieure (IBENS) – CNRS / ENS Paris / INSERM
Tél. : 01-44-32-35-35
E-mail : helene.morlon@ens.fr
 

Contacts communication

Carole Desbarats et Edouard Chignardet
Ecole Normale Supérieure
E-mail : com-recherche@ens.fr

Samya Ramdane
Muséum d’Histoire Naturelle.
E-mail : samya.ramdane@mnhn.fr
Tel : 01 40 79 54 40

Robert Brizzi
Centre de Mathématiques Appliquées (CMAP) - CNRS / Ecole Polytechnique

E-mail : robert.brizzi@polytechnique.edu