Supervisory authorities

CNRS

Our LABEX

Our Networks

Search




Visitors logged in: 12


Home > Communication > Scientific newsletter > News in touch with our themes

La voix du mâle : un indicateur de fertilité et une base de choix pour les femelles ? L’exemple du cheval

by Frédéric Magné - published on , updated on

On savait déjà que les vocalisations des mammifères, incluant l’homme, sont porteuses d’informations sur la familiarité, l’identité ou la taille de l’émetteur et que certaines vocalisations jouent un rôle dans la synchronisation et la coordination des partenaires sexuels. Dans une étude réalisée sur des chevaux, des chercheurs de l’unité EthoS, en collaboration avec l’Institut du cheval et de l’équitation, ont en outre découvert que non seulement la voix des étalons est porteuse d’information sur leur fertilité (succès reproducteur) mais que les juments se servent de ces mêmes paramètres acoustiques pour orienter leurs choix. Ces résultats publiés dans la revue PloS One constituent une avancée fondamentale majeure mais aussi une ouverture à des applications à l’élevage.


Il a été montré chez un certain nombre d’espèces de mammifères, incluant l’homme, qu’un auditeur est capable, entendant la voix d’un émetteur, d’évaluer son degré de familiarité (mones de Campbell, loutres asiatiques…), sa taille (cerfs, koalas, pandas…), son identité (babouins, morses…), son statut de dominance (babouins, hyènes tachetées…). Les humains sont capables d’évaluer l’âge d’un émetteur juste en entendant sa voix. Par ailleurs, les vocalisations peuvent servir de support à l’attraction de partenaires (microcèbes), renforcer le lien mâle-femelle (gibbons) ou coordonner les partenaires sexuels (macaques de barbarie). Quelques études ont montré que chez des espèces comme les macaques, les pandas (mais aussi les humains), les femelles prennent en compte les qualités vocales des mâles dans leurs choix de partenaires. Cependant, il peut être difficile de comprendre pourquoi de telles aptitudes pourraient avoir évolué et quelles conséquences ces choix peuvent avoir sur la reproduction et en particulier le succès reproducteur.

Des chercheurs de l’unité EthoS (A. Lemasson, M. Hausberger, M. Trabalon, K. Remeuf) se sont associés à des agents de l’Institut du Cheval et de l’Equitation – IFCE (F. Cuir, S. Danvy) pour réaliser une recherche sur ce sujet chez les chevaux domestiques. Dans la nature, les juments choisissent activement l’étalon et donc le groupe familial dans lequel elles vont s’insérer, repérant à distance les partenaires potentiels. Les hennissements en particulier sont une vocalisation permettant la communication à distance (en particulier hors contact visuel) et l’équipe rennaise avait déjà démontré qu’ils sont porteurs d’informations sur la familiarité sociale, le statut de dominance, le sexe et la taille de l’émetteur. Dans cette étude, ils se sont donc interrogés sur leur rôle possible dans les choix de partenaires et les conséquences éventuelles de ces choix. L’intérêt du cheval, outre les raisons invoquées ci-dessus, est aussi qu’il y a une gestion très contrôlée de sa reproduction dans le milieu de l’élevage et qu’il était ainsi possible non seulement d’expérimenter mais aussi de disposer de données précises sur la fertilité des étalons.

L’étude a été réalisée en deux étapes : 1) tester le lien éventuel entre paramètres acoustiques de la voix des étalons et des caractéristiques de reproduction, 2) tester les préférences de juments pour ces paramètres acoustiques.

Dans un premier temps donc, les voix de 15 étalons reproducteurs d’âge et de race variés ont été enregistrées dans trois Haras nationaux alors qu’ils étaient tenus en main par un agent des Haras et voyaient une jument à distance. Leur voix a été analysée et comparée d’une part à des données de qualité du sperme et aux données (pluriannuelles) de succès de reproduction issues de la base de données de l’IFCE. Les résultats confirment l’existence de grandes différences entre individus mais surtout ont révélé qu’il y avait une corrélation claire entre des paramètres de fréquence acoustique et le succès reproducteur, comme par exemple le nombre de naissances par rapport au nombre d’inséminations : les étalons avec la voix plus grave présentaient davantage de gestations réussies ! De façon intéressante, les paramètres vocaux se sont révélés plus fiables dans la prédiction de la fertilité que les spermogrammes…

Dans un second temps, 40 juments adultes, dont 29 hébergées au Haras du Pin et 11 dans un centre équestre, ont été individuellement confrontées à la diffusion simultanée de deux hennissements d’étalons par des haut parleurs placés à l’opposé dans un espace de grande taille (manège) ou dans deux corridors. Les hennissements, au vu des données ci-dessus, avaient été choisis pour représenter des extrêmes en terme de fréquence acoustique, donc il s’agissait de hennissements d’étalons inconnus ayant des voix respectivement très aigues ou très graves. Les résultats montrent que les juments ont une très nette préférence pour les voix graves : elles tournent la tête, s’approchent et restent plus à proximité du haut parleur diffusant le hennissement grave.

Ces résultats originaux ouvrent des lignes de réflexion scientifique très importantes sur le lien entre caractéristiques vocales et reproduction chez les mammifères, suggérant que ces caractéristiques pourraient constituer un outil majeur d’évaluation de compétences, dépassant même des mesures « classiques » de fertilité dont on a montré, même chez l’homme, qu’elles étaient insuffisamment prédictives. Ils contribuent aux débats sur les affinités sociales et sexuelles. Ils appellent maintenant à une recherche approfondie sur les mécanismes qui peuvent relier caractéristiques vocales et fertilité, nécessairement à différents niveaux d’intégration. Enfin, ils témoignent aussi de l’enrichissement mutuel de recherches fondamentales et appliquées. D’un côté, seule la connaissance approfondie des caractéristiques reproductrices de ces étalons par le milieu de l’élevage a permis de répondre à cette question fondamentale, d’un autre côté, ces résultats fondamentaux ouvrent vers des applications envisageables à la gestion de la reproduction de cette espèce d’intérêt économique.
 


Etalon émettant un hennissement © Anaïs BOUTIN



 Référence

"Mares prefer the voices of highly fertile stallions",Lemasson A, Remeuf K, Trabalon M, Cuir F, Hausberger M.,PLoS One, 2015
 

Contact chercheur

Alban Lemasson

Ethologie animale et Humaine (Ethos)
CNRS UMR 6552 et Université Rennes 1
263 Avenue du Général Leclerc
35042 RENNES CEDEX
Tél. : 02 99 61 81 59
Mél. : alban.lemasson@univ-rennes1.fr