Accueil > Actualités du laboratoire

Le Petit Pois Déridé 2011 à Toulouse a ouvert le dialogue entre les différentes disciplines scientifiques pour se faire l’écho des dernières avancées en génétique et biologie des populations.

par Frédéric Magné - publié le , mis à jour le

Cet été du 29 au 31 Août a eu lieu la 33ème réunion annuelle du groupe français de génétique et de biologie des populations ; le très fameux colloque du Petit Pois Déridé, édition 2011 (mieux connu par son petit nom PPD 2011).

Au rendez-vous, plus d’une centaine de scientifiques venus de toute la France et de l’étranger sont venus présenter leurs derniers travaux et découvertes.
La génétique moléculaire, l’immunologie, l’agronomie, l’impact de l’Homme sur la biodiversité mais aussi sa répartition globale à l’échelle mondiale ont été discutés. Il ressort clairement de cette conférence que la diversité génétique n’est pas une entité statique mais bien un enchevêtrement de dynamiques écologiques et évolutives à différents niveaux géographiques et temporels.

Depuis quelques années maintenant, les scientifiques participant au colloque du Petit Pois Déridé pointent du doigt la nécessité de prendre en compte les processus dynamiques qui génèrent et modèlent la diversité génétique. Cette année, l’accent a été mis sur l’interconnectivité des processus décrits par différentes disciplines (Biologie moléculaire et cellulaire, Physiologie, Immunologie, Agronomie, Ecologie, Biologie de l’évolution, etc.).

Le message à retenir de cette conférence est que relier micro- et macro-évolution dans un contexte d’écologie locale et globale permet d’expliquer la complexité des patrons de diversité génétique observés et les paradoxes qui semblent en découler.
Le challenge à l’avenir sera de faire en sorte de maintenir le dialogue entre les disciplines ouvert lors du PPD2011 à Toulouse.

Rendez-vous à tous au prochain PPD en 2012.

Photo de groupe - PPD 2011