Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Actualités en rapport avec nos thématiques

Les activités humaines augmentent le flux de carbone des écosystèmes terrestres vers les rivières et les estuaires

par Frédéric Magné - publié le , mis à jour le

Une équipe de recherche internationale, à laquelle ont participé le Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (IPSL/LSCE – CEA/CNRS/UVSQ) et le laboratoire « Géosciences environnement Toulouse » (CNRS/IRD/Université Paul Sabatier Toulouse 3) a comptabilisé précisément les bilans d’émission et de capture des gaz à effet de serre au niveau des rivières, estuaires et zones côtières1
 - ou « continuum aquatique terre-mer ». Cette étude a permis de déterminer que l’activité humaine a significativement changé l’exportation de carbone des écosystèmes terrestres vers les rivières et les estuaires. Les résultats montrent qu’une fraction du carbone émis depuis la période pré-industrielle reste séquestrée dans les sédiments du « continuum aquatique terre-mer » au lieu d’être stockée dans les écosystèmes terrestres tandis qu’une autre est relâchée sous forme de CO2 vers l’océan et ensuite vers l’atmosphère. Ces résultats sont publiés dans Nature Geoscience.

 

Téléchargez le communiqué de presse dans son intégralité : CP_FluxCarbone


Notes :

1 Aussi appelé “land ocean aquatic continuum”, LOAC, en anglais.

 Référence

"Anthropogenic perturbation of the carbon fluxes from land to ocean", Pierre Regnier et al., Nature Geoscience (2013)

Contact presse

CEA : Nicolas Tilly 
Tél : 01 64 50 17 16 
nicolas.tilly@cea.fr
CNRS : Priscilla Dacher
Tél : 01 44 96 46 06
priscilla.dacher@cnrs-dir.fr