Supervisory authorities

CNRS

Our LABEX

Our Networks

Search




Visitors logged in: 6


Home > Communication > Scientific newsletter > News in touch with our themes

Les articles scientifiques resoumis sont davantage cités

by Frédéric Magné - published on , updated on

On mesure l’impact d’une publication scientifique au nombre de citations qu’elle suscite. Mais qui connaît l’histoire de l’article avant qu’il ne soit publié ? Des chercheurs français se sont intéressés aux processus précédant la parution. Ils ont découvert que, de façon inattendue, les articles soumis à un autre journal avant publication donnent lieu à plus de citations.

923 journaux scientifiques dans les sciences biologiques ont été passés au peigne fin sur la période 2006-2008. Les chercheurs à l’origine de cette étude à grande échelle ont demandé aux auteurs de quelque 215.000 articles si leur manuscrit avait été initialement soumis au journal dans lequel l’article a été publié, et si ce n’était pas le cas, le nom du journal essayé précédemment. Près de 81.000 réponses ont pu ainsi être recueillies, qui révèlent bien des surprises. « On connaît le fort taux de rejet de journaux prestigieux comme Nature ou Science… Pourtant, contrairement à ce que nous anticipions, 75% des articles publiés, toutes publications confondues, l’ont été dans le premier journal tenté » indique Claire de Mazancourt de la Station d’écologie expérimentale du CNRS à Moulis (CNRS/Muséum national d’histoire naturelle), coauteur de cette étude. En moyenne, les journaux les plus prestigieux ont même tendance à publier plus de resoumissions, c’est à dire plus d’articles initialement soumis à un autre journal.

Plus étonnant encore, cette étude montre que l’impact des articles après publication dépend de leur historique de soumission. « Les articles qui ont été d’abord proposés à un autre journal reçoivent en moyenne plus de citations que les articles initialement soumis au journal qui les publie », indique Claire de Mazancourt. Une explication avancée par les chercheurs serait que les commentaires critiques des relecteurs et éditeurs, ainsi que le temps passé à retravailler l’article avant la nouvelle soumission, permettraient d’augmenter sa qualité et donc son impact futur. Autre hypothèse : seuls les articles jugés primordiaux par leurs auteurs feraient l’objet d’une nouvelle présentation à un journal… Quoi qu’il en soit, cette étude devrait en tout cas encourager les auteurs à supporter la frustration associée à ces processus de soumission souvent longs et fastidieux.
 

Réseau des journaux scientifiques dérivé des flux de soumission d’articles. Chaque point représente un journal, les connections représentent des resoumissions d’articles, les couleurs représentent les sept domaines identifiés les plus importants. Les grands journaux généralistes tels que Science et Nature se trouvent naturellement au centre du réseau.

Références

Flows of Research Manuscripts Among Scientific Journals Reveal Hidden Submission Patterns”, publié par Vincent Calcagno (INRA Sophia Antipolis), Lionel Guidi (laboratoire CNRS de Villefranche-sur-mer), Claire de Mazancourt (station CNRS de Moulis) et leurs collaborateurs de l’Université McGill au Canada dans “Science express” du 11 octobre 2012

Contacts chercheurs

Vincent Calcagno, Institut Sophia Agrobiotech (CNRS/Université de Nice/INRA), 400 route des Chappes, 06903 Sophia Antipolis Cedex, Tél :04 92 38 64 / 06 50 63 77 17 ,vcalcagnoresearch.wordpress.com, Mèl : vincent.calcagno@sophia.inra.fr

Claire de Mazancourt, Station d’écologie expérimentale du CNRS à Moulis (CNRS/Muséum national d’histoire naturelle), Mèl : demazancourt@dr14.cnrs.fr

Contact presse

Carine Desaulty, service communication de la Délégation Régionale du CNRS Midi-Pyrénées, Carine.Desaulty@dr14.cnrs.fr