Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Actualités en rapport avec nos thématiques

Les bébés néandertaliens étaient tout le portrait de leurs parents

par Frédéric Magné - publié le

L’homme de Néandertal a vécu en Europe et dans une large partie de l’Asie entre 250 000 et 30 000 ans avant le présent. Si le mode de vie de cet hominidé nous est désormais plus familier grâce aux nombreux vestiges de la culture du Moustérien mis au jour par les préhistoriens, l’origine de son physique robuste continue de faire débat. L’analyse morphométrique de deux fossiles de nouveau-nés néandertaliens par une équipe internationale réunissant notamment deux chercheurs du Laboratoire de La Préhistoire à l’Actuel : Culture, Environnement et Anthropologie (PACEA, CNRS/Université de Bordeaux, Ministère de la culture et de la communication) montre pour la première fois que les caractéristiques de leur squelette infra-crânien sont similaires à celles des individus adultes. L’étude publiée fin mai dans PNAS suggère que les différences squelettiques entre néandertaliens et hommes modernes ne sont pas déterminées par l’environnement ou le mode de vie mais par la génétique.

Le nouveau-né de Moustier © MNP Les Eyzies - Distr. RMN - Ph. Jugie.

 
Jusqu’à l’arrivée des premiers hommes modernes sur le continent eurasiatique, autour de -45 000 ans, l’homme de Néandertal était la seule espèce d’hominidé peuplant ce vaste territoire. D’aspect plus trapu qu’Homo sapiens, Homo neanderthalensis était par ailleurs pourvu de membres à la fois plus courts et plus robustes que ceux de notre ancêtre direct.Les scientifiques estiment que ces traits morphologiques si particuliers résulteraient de facteurs écologiques liés aux avancées glaciaires au premier rang desquels figurent l’isolement de populations et le faible brassage génétique.

Pour tenter d’en savoir plus sur l’origine des caractéristiques physiques des hommes de Néandertal, un groupe de chercheurs américains, russes et français s’est penché sur les restes fossiles des deux nouveau-nés néandertaliens les mieux conservés au monde : le premier âgé de deux semaines provient de la grotte de Mezmaiskaya située dans le nord-ouest du Caucase (Russie) tandis que le second, âgé de quatre mois, a été découvert en Dordogne sous l’un des abris sous roche du site du Moustier (France). « Si bon nombre des particularités du crâne et de la face des néandertaliens sont présentes dès la naissance, comme l’ont d’ailleurs confirmé de précédentes études portant sur ces deux spécimens, la mise en place des traits physiques propres à cet hominidé sur le reste du squelette restait encore mal connue chez le très jeune enfant », rappelle Hélène Coqueugniot, paléoanthropologue au laboratoire PACEA et cosignataire de l’’étude.

Pour combler cette lacune, les chercheurs ont tout d’abord effectué une série de mesures très précises de la longueur et du diamètre des ossements les mieux conservés du squelette infra-crânien des fossiles de Mezmaiskaya et du Moustier. Ils ont ensuite comparé ces paramètres morphométriques avec ceux d’enfants actuels du même âge. Leur analyse montre sans ambiguïté que les bébés néandertaliens possédaient déjà une bonne partie des caractéristiques de leurs parents : un corps massif, des os longs et robustes ainsi qu’un os du pubis plus long que celui des nouveau-nés actuels. « En prouvant que les différences squelettiques entre néandertaliens et hommes modernes adultes existent dès la naissance, nos travaux renforcent l’hypothèse qu’elles sont déterminées par la génétique et non pas façonnées au cours du développement par l’environnement ou le mode de vie. autrement dit que les néandertaliens le sont pleinement dès le berceau », conclut Hélène Coqueugniot.
 
 class= Référence

"Neonatal postcrania from Mezmaiskaya, Russia, and Le Moustier, France, and the development of Neandertal body form", Timothy D. Weaver, Hélène Coqueugniot, Liubov V. Golovanova, Vladimir B. Doronichev, Bruno Maureille et Jean-Jacques Hublin, PNAS, 23 mai 2016.

Contact chercheur

Hélène Coqueugniot, De la préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie (PACEA) - CNRS / Université de Bordeaux / Ministère de la culture et de la Communication
Tél. : 05 40 00 37 43
Email : helene.coqueugniot@u-bordeaux.fr

Contact communication

Isabelle Esqurial, De la préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie (PACEA) - CNRS / Université de Bordeaux / Ministère de la culture et de la Communication
Tél. : 05 61 55 67 43
Email : i.esqurial@pacea.u-bordeaux1.fr
 
Source : CNRS-INEE http://www.cnrs.fr/inee/