Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Actualités en rapport avec nos thématiques

Mission scientifique française à Fukushima

par Frédéric Magné - publié le , mis à jour le

Début juin, une mission scientifique de six semaines à Fukushima est entreprise par des membres du Laboratoire d’écologie des hydrosystèmes naturels anthropisés (CNRS/Université Lyon 1/ENTPE), et du Service de recherche et d’expertise sur les risques environnementaux de l’Institut de radioprotection et de sureté nucléaire. Le but : étudier les rainettes, animaux de référence pour évaluer de manière pertinente l’impact de la catastrophe de 2011. Cette étude devrait fournir des connaissances sur les conséquences tant biologiques que comportementales de l’accident nucléaire sur l’espèce étudiée.


©JM Bonzom, IRSN.

Une équipe française composée de deux membres du LEHNA et d’un membre du SERIS effectue une mission scientifique de début juin à mi-juillet pour étudier les conséquences de la radioactivité suite à la catastrophe de Fukushima. Pour cela, ils ont choisi un modèle amphibien considéré comme un modèle de référence pour ce type d’étude : la rainette japonaise (Hyla japonica), très abondante au Japon. Plusieurs zones d’étude sont prévues : elles se situent entre 40 et 100km de la centrale de Fukushima, un territoire où les mesures radioactives s’échelonnent du « bruit de fond normal » (quelques dizaines de nanoGray par heure) jusqu’à un niveau clairement supérieur aux valeurs seuils (plusieurs centaines de microGray par heure). 

Malgré les études déjà conduites dans cette zone et celles menées sur le site de Tchernobyl, nous ne connaissons pas suffisamment les effets chroniques de substances radioactives sur les écosystèmes. Cette prochaine étude prendra en compte l’hétérogénéité spatiale et temporelle de la contamination et tentera de la mettre en relation avec des effets potentiellement associés, notamment ceux induits par de faibles doses. Ainsi, les scientifiques étudieront les phénomènes en condition d’exposition réelle et la mission sera reconduite, ce qui nous fournira des résultats dans la durée. 

La collaboration des deux équipes est un atout essentiel : L’IRSN compte parmi les leaders pour la mesure de doses radioactives environnementales et internes (c’est-à-dire des doses absorbées par les organismes). Il dispose des outils nécessaires pour mesurer les radiations gamma, beta et alpha. Thierry Lengagne, chargé de recherche CNRS du LEHNA, étudie depuis de nombreuses années le comportement, la physiologie et les stratégies de communication de la rainette verte, espèce très proche de la rainette japonaise. L’analyse opérée confrontera les mesures de radioactivité interne et externe à des données particulièrement complémentaires : impacts génétiques, moléculaires, physiologiques et comportementaux. Ce croisement d’approches et de compétences rend cette mission tout à fait inédite. 

Cette mission est financée dans le cadre de l’appel d’offre « Défi NEEDS » (Nucléaire énergie environnement déchet société) de la Mission pour l’interdisciplinarité du CNRS. Les chercheurs espèrent, par leurs résultats, aider les pouvoirs publics dans leur prise de décision pour gérer cette crise. Les résultats seront publiés après analyse des données. 

Contact chercheur

Thierry Lengagne, Laboratoire d’écologie des hydrosystèmes naturels anthropisés
Tél. : 04 72 43 29 11
Mél : thierry.lengagne@univ-lyon1.fr

Contact presse

Sébastien Buthion, service communication de la Délégation Rhône Auvergne du CNRS
Tél. : 04 72 44 56 75
Mél : sebastien.buthion@dr7.cnrs.fr