Supervisory authorities

CNRS

Our LABEX

Our Networks

Search




Visitors logged in: 2


Home > EDB News

Offre de thèse BIODIWEB

by Frédéric Magné - published on , updated on

PROJET BIODIWEB 

Dynamique des réseaux d’espèces Pyrénéennes face aux changements climatiques : une approche expérimentale
 
Contexte :
Les populations d’insectes pollinisateurs ont connu un déclin très important au cours des dernières années. De tels changements induisent une modification du réseau d’interactions associé aux plantes qui pourrait réduire leur potentiel de réponse à la sélection naturelle. Notre laboratoire a développé un suivi de long terme de populations sauvages de la plante Antirrhinum majus (la gueule de loup) dans les Pyrénées et a contribué à décrire son réseau d’interactions. Ce projet a pour but de faire progresser les connaissances fondamentales sur la stabilité des réseaux d’espèces en interaction, et plus généralement sur la fragilité des écosystèmes pyrénéens.
 
Objectif :
Quantifier les différentes composantes d’un réseau d’interactions d’espèces liées à la pollinisation et la prédation d’Antirrhinum majus, à la fois par des observations sur le terrain et par une approche expérimentale. _ Prédire l’évolution de ce réseau d’interaction dans un contexte de changement climatique (modification de la température et de l’humidité).
 
Mise en œuvre :
Une thèse de doctorat est lancée qui a pour but de quantifier les interactions de la cohorte de pollinisateurs et d’insectes prédateurs de graines (charançons) ou parasites de la plante Antirrhinum majus (la gueule-de-loup) dans les Pyrénées. L’enjeu est de tester expérimentalement si ce réseau d’interactions est robuste à des changements de conditions environnementales (manipulations en serre). Ce travail implique des suivis de populations naturelles de la plante A. majus pour documenter la structuration spatiale des interactions (volet observationnel sur les Pyrénées). Le volet expérimental sera conduit à la Station d’Ecologie Expérimentale de Moulis (CNRS).

Mots clés :
prédation - pollinisation - chanrançons - bourdons - gueule de loup - COVs (Composés Organiques Volatils) - plasticité - potentiel évolutif - coévolution - modélisation de réseau d’interactions
 
Financement :
Cette thèse est financée par une bourse du Conseil Scientifique de l’Université de Toulouse Paul Sabatier. Elle repose sur une collaboration entre le laboratoire Evolution & Diversité Biologique (Jérôme Chave & Benoit Pujol), le Centre de Recherche sur la Cognition Animale (Martin Giurfa) et le Laboratoire de Chimie Agro-Industrielle (Christine Raynaud).