Accueil > Communication > Newsletter scientifique > Actualités en rapport avec nos thématiques

Pourquoi le serpent à ventre jaune plonge-t-il ?

par Frédéric Magné - publié le , mis à jour le

La plupart des vertébrés marins à respiration aérienne, comme le phoque, le dauphin ou le manchot, plongent pour s’alimenter. Ce n’est pas le cas du petit serpent à ventre jaune Pelamis platurus, ou « pélamide bicolore », qui vit dans les eaux tropicales des Océans Indien et Pacifique. Cet animal qui se nourrit de larves de poissons nageant en surface, passe pourtant plus de 95% de son temps en plongée, avec des apnées pouvant durer 3h30 ! Les biologistes Timothée Cook de l’Institut Percy Fitz Patrick de l’Université du Cap, chercheur à l’Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris et François Brischoux du Centre d’études biologiques de Chizé ont tenté de comprendre pourquoi. Leurs résultats montrent que la plongée en forme de « S » du pélamide bicolore a plusieurs fonctions vitales. Les détails sont publiés dans la revue Animal Behaviour le 31 octobre 2014.
 

Deux pélamides bicolores s’accouplant à la surface de l’Océan Pacifique, à 4 km de la côte
mexicaine de Puerto Escondida.© Michel Dune

Alors que la plongée des espèces marines d’oiseaux, de mammifères et de tortues ont été très étudiées ces trente dernières années, celle des 90 espèces de serpents marins reste, en revanche, très peu explorée. Outre le fait d’être moins attractifs que phoques et manchots, les serpents de mer ne peuvent pas, de par leur faible corpulence, être équipés de lourds enregistreurs d’activité.

Lors de cette étude, les chercheurs ont eu l’idée de reprendre des données relatives à la plongée de P. platurus recueillies en 1986 via un système avant-gardiste imaginé par des biologistes américains. Lesquels avaient équipé l’animal d’un outil calculant sa profondeur de plongée et la retransmettant en temps réel, via un émetteur, à un hydrophone situé sur un bateau suivant le serpent.

Timothée Cook et François Brischoux ont ré-analysé les données des Américains de manière approfondie en utilisant des outils méthodologiques et analytiques modernes. Ainsi, par la modélisation, ils ont pu estimer différent paramètres comme le volume d’air dans les poumons du serpent, donc sa durée maximale de plongée.

A partir de leurs différents calculs, ils ont émis l’hypothèse que le Pélamide bicolore plonge pour plusieurs raisons : éviter ses prédateurs de surface, réduire ses dépenses énergétiques en sélectionnant des couches d’eau plus profondes, donc plus froides, repérer des zones d’alimentation situées en surface, et surtout, éviter la houle en surface. Généré par les vents et tempêtes, ce mouvement très inconfortable pour un animal d’aussi petite taille.
 

Télécharger la brève (PDF- 609 Ko)

 

 Référence

"Why does the only ‘planktonic tetrapod’ dive ? Determinants of diving behaviour in a marine ectotherm", Timothée R Cook et François Brischoux, Animal Behaviour, octobre 2014.

 

Contacts chercheurs

François Brischoux
Centre d’études biologiques de Chizé (CEBC) - CNRS / Université de La Rochelle
Tél. : 05 49 09 78 40
Email : francois.brischoux@cebc.cnrs.fr

Timothée R. Cook
Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris (IEES) - CNRS / UPMC / IRD / UPEC / INRA
Tél. : 01 44 27 52 04
Email : timothee.cook@upmc.fr
 

Contact communication

Bruno Michaud,
Centre d’études biologiques de Chizé (CEBC) - CNRS / Université de La Rochelle
Tél. : 05 49 09 67 43
Email : bruno.michaud@cebc.cnrs.fr