Accueil > Actualités du laboratoire

Pourquoi les faunes de poissons d’eau douce sont-elles de plus en plus similaires ?

(Aurèle Toussaint, Sébastien Brosse)

par Frédéric Magné - publié le , mis à jour le

La différence de composition en espèces entre deux assemblages (ou beta-diversité) résulte de deux processus : le remplacement d’espèces (turnover) et la différence de richesse entre les assemblages. Dans ce contexte, nous avons déterminé comment les contingences historiques et les perturbations humaines (introductions et extinctions d’espèces) affectent ces processus. Nous avons pour cela analysé les facteurs responsables des changements de beta-diversité et de turnover chez les poissons d’eau douce du monde entier entre la période préindustrielle (17éme siècle) et la situation actuelle. Nos résultats montrent une diminution notable de la contribution du turnover entre la période préindustrielle et la période actuelle.
Ceci est dû à des différences historiques très marquées en termes de composition en espèces des cours d’eau. Ces différences tendent à s’amenuiser au cours du temps suite à l’introduction d’espèces non-natives, alors que les extinctions restent un phénomène rare et donc peu influant. Nous montrons également que parmi les quelques centaines d’espèces introduites à travers le monde, seules celles colonisant un grand nombre de cours d’eau à travers le monde sont responsables du déclin mondial du turnover. Au contraire, les espèces moins fréquemment introduites ou en début de phase d’invasion génèrent quant à elles une augmentation de la dissimilarité entre assemblages en accroissant le turnover. De plus, cette augmentation de la dissimilarité peut être considérée comme transitoire et même conduire au phénomène inverse dans le cas d’une augmentation de l’aire envahie par ces espèces. Nous pouvons en ce sens penser que la différenciation sous l’effet des invasions peut être considérée comme le signe précurseur d’un risque de déclin de la beta-diversité dans un contexte d’augmentation des invasions biologiques.
 

La perche soleil (Lepomis gibbosus) une espèce invasive largement introduite
à travers le monde. © N. Charpin

 

 Référence

"Historical assemblage distinctiveness and the introduction of widespread non-native species explain worldwide changes in freshwater fish taxonomic dissimilarity", Toussaint A., Beauchard O., Oberdorff T., Brosse S. & Villeger S, Global Ecology and Biogeography, 2014


Contacts chercheurs

Aurèle Toussaint

Laboratoire Evolution et Diversité Biologique (EDB) – CNRS/ Université Toulouse III Paul Sabatier/ENFA

Mél. : toussaint.aurele@gmail.com

Sébastien Brosse
Laboratoire Evolution et Diversité Biologique (EDB) – CNRS/ Université Toulouse III Paul Sabatier/ENFA
Mél. : sebastien.brosse@univ-tlse3.fr

 

Contact communication

Frédéric Magné
Laboratoire Evolution et Diversité Biologique (EDB) – CNRS/ Université Toulouse III Paul Sabatier/ENFA
Tél. : 05 61 55 67 43
Mél. : frederic.magne@univ-tlse3.fr