1 % des espèces d’arbres stocke la moitié du carbone de l’Amazonie

Biennale de Venise 2015 : des chercheurs font se mouvoir des arbres au rythme de leur sève

Toutes les actualités

Actualités du laboratoire

11ème Rencontre "Ecology & Behaviour" 18 – 21 Mai 2015 Toulouse, France

29 avril 2015

11ème Rencontre "Ecology & Behaviour" 18 – 21 Mai 2015 Toulouse, France

Nous sommes heureux de vous présenter le programme définitif de la 11ième édition des Rencontres Ecology & Behaviour qui aura lieu à Toulouse du 18 au 21 Mai 2015. Veuillez trouver ci-dessous un document pdf avec le programme, le plan, les sponsors.

Lire la suite

Objectif Mitaraka, épisode 7 : des ichtyologues dans la jungle

26 mars 2015

Objectif Mitaraka, épisode 7 : des ichtyologues dans la jungle

(Sébastien Brosse)

Le départ au petit matin ressemble à celui de n’importe quelle autre spécialité. Les sacs chargés de matériel et d’un encas, les ichtyologues se battent avec la boue omniprésente sur le sentier. Au (...)

Lire la suite

Déclin du puits de carbone amazonien lié à une surmortalité des arbres

19 mars 2015

Déclin du puits de carbone amazonien lié à une surmortalité des arbres

(Jérôme Chave)

L’Amazonie est en train de perdre sa capacité à absorber le dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique, principal gaz à effet de serre. C’est le résultat d’un inventaire colossal : le suivi, sur une trentaine d’années, de la biomasse contenue dans 321 parcelles de forêt amazonienne. Il révèle que le taux de mortalité des arbres a augmenté de plus d’un tiers depuis le milieu des années 1980, diminuant la capacité de stockage du CO2 par la forêt tropicale. L’étude implique presque 100 chercheurs du réseau Rainfor1 sous la direction de l’université de Leeds, dont des chercheurs français du Cirad, du CNRS et de l’Inra, collaborant au sein du Labex CEBA.

Lire la suite

Vers une compréhension fonctionnelle des effets de la température et de l'enrichissement sur les interactions entre espèces, sur l'omnivorie et sur la structure du réseau trophique

5 janvier 2015

Vers une compréhension fonctionnelle des effets de la température et de l’enrichissement sur les interactions entre espèces, sur l’omnivorie et sur la structure du réseau trophique

(Jean-Louis Hemptinne)

Révéler les liens entre les traits fonctionnels des espèces, la force des interactions et la structure du réseau trophique est d’une importance primordiale pour comprendre et prévoir les relations entre la diversité et la stabilité du réseau trophique dans un monde en évolution rapide. Cependant, les effets interactifs des perturbations environnementales sur chaque espèce, les interactions trophiques et le fonctionnement des écosystèmes sont mal connus. Dans cette étude, nous avons combiné modélisation et expériences en laboratoire pour étudier les effets du réchauffement et de l’enrichissement sur un système tri-trophique terrestre. Nous avons constaté que la structure du réseau trophique est extrêmement variable et commute entre compétition par exploitation et omnivorie selon les effets de la température et de l’enrichissement des comportements alimentaire et de prédation des espèces. Notre modèle contribue à identifier les mécanismes expliquant le rôle des effets environnementaux en cascade à travers la chaîne alimentaire et comment la topologie des réseaux trophiques est influencée. Nous concluons qu’il est essentiel de considérer les facteurs environnementaux et la structure flexible du réseau trophique afin d’améliorer notre capacité à prédire les effets des changements globaux sur la diversité et la stabilité des écosystèmes.

Lire la suite

L'autopollinisation, une stratégie toujours gagnante face aux changements globaux ?

11 décembre 2014

L’autopollinisation, une stratégie toujours gagnante face aux changements globaux ?

(Nathalie Escaravage & André Pornon)

Parmi les scénarios évolutifs de réponse des plantes au déclin des pollinisateurs et à la fragmentation des populations, il y a l’évolution vers l’autopollinisation spontanée agissant comme une « assurance reproductive » (AR). Cependant, le bénéfice de l’AR dépend fortement de l’intensité de la dépression de consanguinité (DC) diminuant la valeur sélective des individus issus d’autogamie. La relation entre AR et DC est peu connue chez les espèces longévives en raison de la difficulté d’évaluer l’effet de la DC sur la durée de vie des individus. Des chercheurs du laboratoire Evolution et Diversité Biologique - EDB (CNRS/Université Toulouse III Paul Sabatier/ENFA) ont montré chez la plante alpine Rhododendron ferrugineum que l’AR compense le manque de partenaires sexuels dans les petites populations isolées mais que la DC élimine la quasi-totalité des individus issus d’autopollinisation. Ces résultats intriguant, publiés dans la revue BMC Evolutionary Biology interrogent sur les capacités de telles espèces très dépendantes des pollinisateurs à répondre aux changements globaux, sur les coûts/bénéfices du système mixte de reproduction sexuée et sur le rôle de la DC dans les processus évolutifs des espèces longévives.

Lire la suite

À noter

« Ma thèse en 180 secondes » : finale nationale le 3 juin 2015 à Nancy

Nancy accueillera le 3 juin 2015 la finale nationale de « Ma thèse en 180 secondes », le concours organisé par la CPU et le CNRS à destination des doctorants.(...)

Le site web fait peau neuve !

Notre site web évolue dans une version graphique différente, plus agréable et plus ergonomique. (...)

Sur Twitter